1er mai : 1 000 euros d’amende pour un fumigène – Tahitinews

1er mai : 1 000 euros d’amende pour un fumigène

Tim R., 24 ans, sweat-shirt vert canard et yeux cernés, a choisi d’être jugé « tout de suite ». C’est la première condamnation qu’afflige le tribunal correctionnel de Paris ce vendredi.

Les autres prévenus liés aux violences lors de la manifestation du 1er Mai dans la capitale ont demandé un report pour préparer leur défense. Le jeune homme écope de mille euros d’amende pour un fumigène vert dans la poche.

Tim a été interpellé à 18 heures place de la Bastille et peine encore à « comprendre pourquoi ». Il explique être « cadreur », ex-graffeur et photographe à ses heures et être venu « comme l’année dernière » au défilé du 1er mai « pour faire des photos », pour une exposition ou nourrir son « book ». « Quand j’ai vu que la manif s’envenimait, je suis revenu vers la Bastille, pour attendre ma petite amie et rentrer », raconte-t-il.

Le procès-verbal de garde à vue indique qu’il a été « repéré au milieu d’un groupe de black blocs », ces militants d’ultragauche accusés d’être à l’origine de violences à l’encontre des forces de l’ordre et de nombreuses dégradations allant de vitrines brisées aux saccages et incendies.

Quand les policiers fondent sur Tim, il a « peur ». Il accepte de se coucher par terre quand des agents en civil le lui intiment. Il a un fumigène et deux bombes de peinture dans les poches. Au tribunal, il explique qu’il a ramassé les bombes pendant la manif, en souvenir du temps où il taguait. D’ailleurs, il a un casier pour ça : trois amendes pour des graffitis sur les murs de Paris.

« Black blocs » ou simples badauds? 

Le fumigène? C’est « une erreur » : il assure l’avoir rapporté du tournage d’un clip en Espagne, s’être dit que « ça pourrait faire de chouettes photos », mais ne pas avoir osé l’utiliser. La procureure lui réplique que c’est interdit, que nul n’est censé ignorer la loi et réclame quatre mois ferme contre lui et un mandat de dépôt à l’audience, « au vu de ce qui se prépare », allusion sans doute aux futures manifestations contre la politique gouvernementale.

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close