300 millions Fcfp débloqués en faveur de l’Agence immobilière sociale

Sur proposition du ministre du Logement, le conseil des ministres a validé l’octroi d’une subvention de 300 millions Fcfp en faveur l’Agence immobilière sociale de Polynésie française (AISPF) pour le financement de son plan d’actions 2017.

Fondée en juin 2008, l’Agence immobilière sociale de Polynésie française (AISPF) est une association loi de 1901. Elle est la seule agence immobilière à vocation sociale. Œuvrant de pair avec les services sociaux des communes de Paea, Punaauia, Faa’a, Papeete, Pirae, Arue et Mahina, elle a permis l’intégration de dizaines de familles dans un logement neuf à loyer modéré.

L’aide de l’AISPF consiste en la prise en charge des deux tiers du loyer mensuel. Pour pouvoir bénéficier de l’accompagnement de l’AISPF, les familles en difficulté doivent faire l’objet d’un signalement par les services sociaux, tout en s’engageant sur un projet de vie défini avec l’assistance des services sociaux. Les demandeurs doivent justifier également de l’absence de patrimoine immobilier en pleine propriété ou en usufruit, et avoir des revenus mensuels ne dépassant pas un certain seuil, selon que la famille se compose d’un ou de plusieurs membres.

Les logements attribués proviennent de particuliers, après une vérification de l’état de ce logement ou du parc de l’OPH, Office Polynésien de l’Habitat. La période de location varie de 12 à 24 mois. Pour bénéficier du dispositif de l’AISPF, les demandeurs doivent avant tout être recensés par les services sociaux de leur commune.

En contrepartie de la subvention de 2017, l’AISPF s’engage, dans le cadre d’une convention d’objectifs, à répondre aux besoins en logement de familles en difficulté, à la hauteur d’au moins 200 logements sur la grande agglomération, permettant ainsi à ces familles d’avoir un accès facile aux services publics dont, notamment, les organismes d’insertion professionnelle tels que le SEFI, le CFPA, le GREPFOC ; mais également à accompagner les familles souhaitant s’investir à long terme dans un projet d’exploitation de parcelles agricoles domaniales, tout en proposer une centaine de logements aux étudiants boursiers n’ayant pu accéder aux dispositifs de logement étudiant de l’UPF ou du Centre d’Hébergements Etudiants (CHE).

extrait CM

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close