517 milliards Fcfp d’actifs financiers détenus en 2015 mais peu d’embauches…

L’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM), par la voix de son directeur d’agence Pierre-Yves Le Bihan, a présenté ce matin un tableau synthétique de l’économie polynésienne en 2015 d’où il ressort clairement que « l’emploi est la pièce manquante à la reprise ».

 

Certes, pour la première fois depuis sept ans, force est de constater une nette inversion de la tendance. Ou disons plutôt… un frémissement avec une progression des effectifs dans l’emploi salarié marchand de 0,2% à fin 2015 alors que jusqu’ici il se contractait de -1,1% par ans.

Depuis 2007, en effet, la Polynésie française a enregistré près de 9000 emplois détruits du fait de la crise dont 2000 rien que dans le secteur de la Construction. Aussi, les 400 à 500 postes créés l’an dernier ne suffisent à obtenir le déclic attendu. Pire, ils ne compensent même pas l’accroissement naturel de la population de l’ordre de 0,5 à 0,6% par an. Tout au plus doit-on se retourner vers les sociétés d’intérim qui offrent quelques perspectives ou bien, démarrer sa propre activité moyennant une patente!

Mais pour retrouver le chemin d’une croissance durable et forte (+1% en 2014), le Pays doit pouvoir compter sur deux moteurs: la consommation des ménages et l’investissement des entreprises.

La consommation des ménages peine à s’affermir, note l’IEOM. Quand bien même les importations de produits alimentaires ont augmenté de 3%  et de 2% s’agissant des biens d’équipement du foyer. En revanche, la production des crédits à la consommation baisse de 9%, ce qui démontrerait, selon nos interlocuteurs, un changement de comportement du consommateur désormais plus prudent, plus précautionneux dans ses achats en magasins.

Pourtant, l’inflation est au plus bas, souligne encore l’IEOM. En 2015, les prix ont globalement diminué de 0,4%. Avec des gains significatifs sur la facture EDT ou encore pour ce qui est des carburants à la pompe. Mais l’amélioration du pouvoir d’achat n’a pas connu la même tendance pour les produits alimentaires dont les prix ont augmenté, quant à eux, de 2,4% l’an passé.

Dans ce contexte désormais plus favorable, les entreprises sont dans une dynamique d’investissement plus favorable. La plupart sont soutenues par le Pays à travers la commande publique, notamment dans le BTP. En 2014, 15,8 milliards de Fcfp ont été liquidés dans une série de travaux, soit quasiment deux fois plus que l’année précédente. En 2015 et 2016, les montants dépenses devraient être encore supérieurs du fait de programmes techniquement mieux ficelés et de procédures administratives allégées.

Quant le BTP va…tout va! a t-on généralement coutume de dire. C’est vrai pour le tourisme ou encore pour le secteur de la pêche hauturière où les exportations de poissons ont cru de 19% en 2015. Plus sombre, en revanche, est la situation de la perliculture dont les recettes à l’international ont été divisées par deux, voire trois en un peu plus d’une décennie.

L’activité bancaire enfin connaît également des moments difficiles avec une nouvelle baisse du PNB (l’équivalent du chiffre d’affaires) pour les trois établissements de la place. Mais l’argent est là! Il dort en attendant mieux…L’ensemble des actifs financiers détenus par les agents économiques enregistre une nouvelle hausse de 3,9% en glissement annuel à fin décembre 2015, pour totaliser 517 milliards de Fcfp. Un niveau historique est même atteint pour les dépôts à vue: +9,6%. Contre seulement +3% pour les dépôts à terme malgré des taux extrêmement bas.

Les premiers résultats de l’enquête de l’ISPF relative aux dépenses des ménages polynésiens attendus dans les mois qui viennent, seront certainement de nature à fournir de précieux éléments de compréhension pour nos dirigeants.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close