68 686 élèves attendus pour la rentrée scolaire 2014-2015

Le ministre polynésien de l’Education, Michel Leboucher, a présenté ce matin les grandes lignes ainsi que les chiffres clés de la rentrée scolaire 2014-2014, à savoir: 68 686 élèves attendus dans le 1er et second degré sous la conduite de 6048 agents pour les encadrer.

 

« Cette rentrée se présente globalement bien », annonce d’emblée le ministre de tutelle, indépendamment des éternels soucis rencontrés en matière de transport scolaire.

Pour cette première rentrée du nouveau gouvernement, Michel Leboucher fait état « d’évolutions majeures » susceptibles, selon lui, de refonder le système éducatif polynésien dans les années à venir, mais également d’une « ambition » naturelle, à savoir: améliorer les performances scolaires.

Outre la prise en charge par l’Etat du salaire des personnels, le budget de fonctionnement alloué cette année par le Pays est de 4,7 milliards de Fcfp. Ce partenariat Etat-Pays se retrouve dans une amélioration du cadre de vie des scolaires. Aussi, sur les cinquante opérations (construction, rénovation, extension) existantes, trente-quatre sont financées à 100% en fonds propres par la collectivité polynésienne, alors que les seize autres relèvent de la Dotation globale d’investissement (DGI).

Pour atteindre son objectif, le ministre de l’Education entend actionner quatre leviers prioritaires: la qualification des enseignants tout d’abord, dont la formation est désormais assurée par l’ESPE. Et ce, au profit des élèves qui en ont le plus besoin, que ce soit dans les archipels ou encore au REP de Faa’a; ensuite, une offre de formation au plus près des familles grâce à l’ouverture de nouveaux établissements: collège-lycée de Bora Bora (1200 élèves) et de Moorea (850 élèves), collège de Teva I Uta et bien entend, les GOD. Michel Leboucher fonde également beaucoup d’espoir dans des innovations pédagogiques structurantes telles que l’ORS, le REP, le Télé-enseignement. Enfin, le pilotage du système éducatif polynésien est placé dorénavant sous la direction de la DGEE.

Par ailleurs, une structure novatrice sera mise en place à titre expérimental dans la commune de Faa’a. Son nom: Centre de formation au développement pour adolescents. L’objectif étant la mise en oeuvre d’un parcours professionnel valorisant vers un baccalauréat professionnel. Il pourra néanmoins permettre à certains le retour vers un enseignement général.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close