71ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale

Lionel Beffre, Haut-Commissaire de la République, a présidé, ce dimanche 08 mai 2016, la cérémonie organisée à l’occasion du 71ème anniversaire de la Victoire du 8 mai 1945.

Après avoir fait lecture du message du Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire, le représentants de l’Etat en Polynésie française a déposé une gerbe au Monument aux Morts de Papeete.  IMG_4036IMG_3957

A ses côtés, étaient présents Jean-Christophe Bouissou, ministre du tourisme et porte parole du gouvernement représentant le Président de la Polynésie française, Marcel Tuihani, président de l’Assemblée de la Polynésie française, le Contre Amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, Commandant supérieur des forces armées en Polynésie française, Michel Buillard, maire de Papeete et Patrick Yieng Kow, représentant le président du Conseil économique, social et culturel de la Polynésie française.IMG_3975

A cette occasion, des étudiants du lycée Aorai également ont entonné la Marseillaise, à l’issue de quoi, des élèves du lycée professionnel de Faa’a ont accompagné les autorités pour le dépôt de gerbe au Monument aux Morts et treize récipiendaires ont été décorés.

Voici le message de Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de la Défense, chargé des Anciens combattants et de la mémoire:

Il y a 71 ans, les hostilités de la Seconde Guerre mondiale prenaient fin en Europe. Mais il fallut attendre, le 2 septembre 1945, avec la capitulation du Japon, pour qu’elles cessent sur l’ensemble des continents. Le 8 mai 1945, la France et l’Europe, dont la reconquête de la liberté avait commencé plusieurs mois auparavant, s’apprêtaient à retrouver la paix. Dans ce combat terrible qui avait opposé le nazisme aux valeurs démocratiques, celles-ci venaient de triompher.

Tout au long du cycle commémoratif du 70ème anniversaire de la Seconde Guerre mondiale qui a pris fin l’an dernier, la France, avec force, a rendu hommage aux femmes et aux hommes qui ont permis la Libération et la Victoire. Certains avaient fait le choix de la France Libre sur tous les continents. Les Forces françaises libres et ses soldats venus d’Afrique n’ont cessé de combattre pour la liberté de la France. Leur souvenir fut particulièrement honoré lors de la commémoration de la Libération de la Corse le 4 octobre 2013 et de celle du Débarquement en Provence le 15 août 2014. Leur combat avait été mené aux côtés des Alliés venus libérer la France par le Débarquement en Normandie.

La République française a exprimé le 6 juin 2014 sa reconnaissance éternelle à ces dix-neuf pays grâce à qui nous vivons en paix et en sécurité aujourd’hui. La lutte fut aussi menée de l’intérieur, dans l’ombre de la clandestinité et de la répression nazie. Ces femmes et ces hommes ordinaires ont choisi la Résistance parce qu’ils étaient convaincus au fond d’eux-mêmes des valeurs qu’ils portaient, parce qu’ils cherchaient simplement à servir la France. Elle s’est souvenue d’eux le 27 mai 2015 lorsque Pierre Brossolette, Geneviève de GaulleAnthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay, et avec eux l’esprit de la Résistance, entraient au Panthéon. La Seconde Guerre mondiale fut marquée par un déchaînement de violence jusqu’alors inconnu dans l’histoire.

Durant ces années de guerre, la distinction entre le front et l’arrière a été abolie. Il faut se souvenir, aujourd’hui, de toutes ces femmes, de tous ces enfants, de tous ces hommes qui ont souffert et qui portèrent cette souffrance jusqu’à leur mort : les réfugiés, les victimes des bombardements, les prisonniers de guerre, les internés, les déportés. Ces mémoires de courage et de souffrance doivent continuer à vivre, au-delà des commémorations. A vivre dans les lieux qui les incarnent, tels que les plages du Débarquement, le Mont-Valérien, le camp de Natzweiler-Struthof, la prison de Montluc, le mémorial de la Déportation et celui de la Shoah, bientôt celui du Mont-Faron, et aujourd’hui, celui du Mémorial des civils dans la guerre à Falaise en Normandie, inauguré ce 8 mai 2016.

En ce 71ème anniversaire de la fin des combats de la Seconde Guerre mondiale, il ne faut pas cesser de visiter et d’arpenter ces lieux qui nous rappellent aussi que de toutes ces souffrances et de tous ces courages est née l’Europe libre et en paix : un héritage dont nous devons rester les gardiens vigilants.

Texte et photo: haut-commissariat

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close