A l’Huilerie de Tahiti, l’attente touche à sa fin

Après onze jours de grève à l’Huilerie de Tahiti, sise à Motu-Uta, les négociations doivent débuter demain, mardi 14 avril (15h).

Le directeur du centre de collecte et de transformation du coprah, Gérard Raoulx, est revenu seulement ce week-end de sa mission en métropole. Mais ce n’est que demain que les choses sérieuses vont commencer…

N’en déplaise au secrétaire général de la CSTP-FO, Patrick Galenon, à l’origine du mouvement social, qui devant nos confrères de TNTV, semblait agacé de voir la « lenteur » avec laquelle les revendications du personnel étaient prises en compte.

Pour l’heure, vingt-deux employés sur trente-trois ont cessé le travail et leurs doléances se déclinent en pas moins de quatorze points. La plupart pour des avancées sociales mais également à cause de caméras de surveillance jugées trop encombrantes à leurs yeux.

Autant dire qu’il va falloir faire des concessions de part et d’autre pour trouver rapidement un terrain d’entente.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close