A l’ordre du jour de la 7ème séance de la session administrative…

L’assemblée de la Polynésie française se réunira pour la septième séance de la session administrative, demain jeudi 23 juin 2016, à partir de 9 h, annonce l’institution dans un communiqué

Huit rapports sont susceptibles d’être examinés cet jour-là:

Projet de délibération relative aux opérations de transbordement des marchandises acheminées par voie maritime et aérienne.

Ce texte propose d’autoriser les opérations de transbordement de marchandises sans la présence d’agents des douanes, à condition que l’opérateur qui en demandera le bénéfice ait un trafic régulier et continu et justifie ne pas avoir commis d’infractions sanctionnées par le code des douanes.

Les modalités d’octroi de cette dérogation seront fixées par un arrêté pris en conseil des ministres.

Ce nouveau dispositif permettra un allègement des frais supportés par les opérateurs qui prennent aujourd’hui à leur charge les coûts supplémentaires engendrés par la présence d’agents des douanes lorsque le transbordement s’effectue en dehors des heures légales d’ouverture des bureaux et rend les opérations de transbordement plus attractives par rapport aux autres îles de la région Pacifique.

Projet de délibération portant modification de la délibération no 2012-35 APF du 23 août 2012 portant application de l’article 173 du code des douanes.

Ce projet de délibération propose de rajouter dans la liste des marchandises soumises à l’obligation de justification auprès des agents du service des douanes les métaux précieux (or, argent et platine). Le service des douanes aura, par conséquent, la possibilité d’exiger tout document prouvant une détention et un transport réguliers de cette marchandise. À défaut, ou si les documents présentés sont faux, inapplicables, incomplets ou inexacts, la marchandise sera réputée avoir été importée en contrebande, conformément à l’article 291 du code des douanes.

Projet de loi du pays portant modification de la délibération no 89-78/AT du 23 juin 1989 portant refonte des textes réglementant l’application par le service des douanes de la taxe statistique.

Les exportateurs bénéficient actuellement d’un dispositif d’allègement des formalités déclaratives à l’export pour ce qui concerne les marchandises expédiées par la voie postale, dont la valeur en douane est inférieure ou égale à 450 000 F CFP. Simple à la fois pour l’exportateur mais également pour l’OPT, ce dispositif permet à l’exportateur d’utiliser un formulaire postal universellement reconnu, le CN23. Ce procédé est toutefois réservé aux marchandises originaires de la Polynésie française ou qui ne font pas l’objet d’une taxation à l’exportation. Ce texte propose de modifier le dispositif et de l’étendre aux produits non originaires du territoire. Il propose ainsi de supprimer la perception de la taxe statistique sur les produits non originaires de la Polynésie française exportés sous une déclaration en douane CN23. L’objectif est de favoriser l’exportation de toutes les marchandises, quelle que soit leur origine, de sorte à développer les activités à l’export des entreprises polynésiennes sur de nouveaux marchés à l’international.

Projet de délibération portant modification de la délibération no 99-203 APF du 18 novembre 1999 modifiée portant règlementation du régime douanier applicable à l’importation et à l’exportation des colis et envois postaux.

Ce projet de délibération propose de permettre l’utilisation du mode de déclaration simplifiée pour les marchandises non originaires de la Polynésie française dont la valeur en douane est inférieure ou égale à 450 000 F CFP. Cette modification est conditionnée par l’entrée en vigueur de la loi du pays supprimant la perception de la taxe de statistique sur les marchandises non originaires exportées sous le mode déclaratif simplifié CN23. En effet, étendre la déclaration d’exportation simplifiée aux marchandises non originaires n’est possible qu’en exemptant les exportateurs du paiement de la taxe de statistique, la collecte de l’impôt douanier ne pouvant être mis à la charge de l’OPT.

Projet de délibération portant approbation de la convention État/Polynésie française relative au financement des chantiers de développement local pour l’année 2016.

Les élus sont sollicités afin d’approuver la convention État/Polynésie française relative au financement des chantiers de développement local pour l’année 2016. La mise en œuvre des chantiers de développement local permet aux services et établissements publics de l’État et de la Polynésie française ainsi qu’aux associations et communes de recruter au sein de leurs structures, pour une courte durée de 1 à 3 mois, des personnes en recherche d’emploi. Pour l’exercice 2016, il est prévu une participation de l’État de 500 000 euros (59 665 871 F CFP) versée en deux fractions de 70 et 30 %. La participation de la Polynésie française se matérialise par la prise en charge des coûts de formation et actions d’accompagnement au sein d’associations et est estimée à 100 000 euros (11,9 millions de F CFP).

Projet de loi du pays relatif à la protection des consommateurs.

Ce projet a pour objet de renforcer la protection des consommateurs et de conforter ainsi leur confiance vis-à-vis des producteurs et distributeurs. Cette confiance repose sur une information transparente et loyale, elle- même garantie par un système de contrôles et de sanctions adaptées. Ce texte prévoit notamment de fixer les conditions générales des contrats conclus entre des professionnels et des consommateurs et notamment des contrats dans lesquels le consommateur est particulièrement vulnérable comme les contrats d’abonnement en matière de service de télécommunication ou les contrats d’abonnement en matière d’électricité et de gaz en réseau. Ce texte concerne également les pouvoirs des agents habilités à rechercher et constater les infractions ainsi que les actions juridictionnelles qui peuvent être engagées par le Pays.

Projet de loi du pays portant modification du livre II de la partie législative du code de commerce et de la loi du pays no 2012-14 du 16 juillet 2012 relative au conseil d’administration et à la direction des sociétés d’économie mixte créées par la Polynésie française.

Ce projet de loi du pays permet, au travers d’une modification du code de commerce polynésien, de dissocier les fonctions de président de conseil d’administration et de directeur général au sein des sociétés anonymes. Dans ce schéma, le conseil d’administration assure un contrôle général de la gestion de la société et délibère de toute question intéressant sa bonne marche et son avenir, et son président veille au bon fonctionnement des organes sociaux, conseil et assemblée générale, préside et organise les travaux du conseil, mais n’a plus vocation à assurer la direction générale de la société, sauf si les statuts le prévoient. Il revient au conseil d’administration d’effectuer un choix entre l’un des deux modes possibles d’exercice de la direction générale.

Rapport d’activité 2015 de la commission de contrôle budgétaire et financier.

Ce rapport présente le bilan de l’activité de la commission de contrôle budgétaire et financier pour l’année 2015 et doit donner lieu à un débat au sein de l’assemblée de la Polynésie française.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close