A quand le bénéfice de l’exonération de droits et taxes à l’importation sur les deux-roues ?

Vêtements, deux-roues et voitures de petite cylindrée (jusqu’à 4cv) bénéficient d’une exonération de droits et taxes à l’importation depuis le 1er janvier 2017. Reste à savoir maintenant quand (et si ?) les commerçants vont la répercuter sur le consommateur…

Le 1er décembre dernier, l’assemblée de la Polynésie française approuvait le budget primitif 2017 de notre collectivité ainsi que plusieurs lois du pays qui lui sont rattachés dont une porte diverses mesures fiscales en faveur de la relance économique.

Comme l’avait annoncé le président Fritch quelques semaines plus tôt, la copie budgétaire comprend notamment des gestes forts en faveur du pouvoir d’achat des ménages dans l’optique de faire baisser les prix sur certaines dépenses de la vie quotidienne. C’est ainsi que les vêtements, les deux-roues d’une cylindrée au plus égale à 125 cm3 et les véhicules dont la cylindrée est au plus égale à 1400cm3 et le nombre de chevaux au plus égale à 4, font l’objet d’une exonération de droits et taxes à l’importation (y compris la taxe pour l’environnement et celle plus spécifique grands travaux et routes) depuis le 1er janvier 2017.img_0586

Ces mesures correspondent – en année pleine – à une moins-value fiscale pour le Pays de 600 millions de Fcfp, autant d’argent que le gouvernement rend délibérément aux Polynésiens afin qu’ils puissent s’équiper à moindre coût. Autre avantage: cette baisse des prix est susceptible de générer de plus gros volumes à la vente, tout en sachant qu’environ 2300 deux-roues (tous types), bon an mal an, sont commercialisés en Polynésie.

Voilà pour la théorie car dans la pratique, rien n’oblige les commerçants dans les secteurs concernés à faire valser les étiquettes…étant entendu qu’ils devront préalablement écouler leurs anciens stocks, ceux sur lesquels les droits et taxes ont déjà été acquittés au service des Douanes. Précisons encore que l’importance de la baisse des prix sera fonction de l’origine du produit: Union européenne ou Pays tiers, principalement d’Asie.

Mais globalement, les grandes enseignes semblent prêtes à jouer le jeu. A l’instar du concessionnaire Honda avec son Pcx 125. Affiché actuellement à 590 000 Fcfp, cet engin devrait dans les prochaines semaines voir son prix baisser de 10%, soit aux alentours de 530-540 000 Fcfp, nous a t-on confirmé sur place. Quand bien même l’envolée du cours du dollar américain ne favorise guère les importateurs polynésiens…Même son de cloche du côté de chez Tracqui où les célèbres Piaggio et autres Gilera vont devenir plus abordables. Certes, dans une moindre proportion car ces produits sont originaires d’Europe taxés à seulement 2% contre 13% pour les autres. En revanche, là où les consommateurs vont devoir y regarder de plus près, quitte à davantage faire jouer la concurrence, c’est chez les petits revendeurs de marques moins bien connues, traditionnellement moins chères car beaucoup moins endurantes.

Au final, gageons que tout le monde s’y retrouve; à commencer par celles et ceux en quête d’un moyen de locomotion à meilleur prix, condition sine qua non pour aller au travail tout les jours.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close