A Ti’a I Mua commente le protocole d’accord de fin de conflit

« Beaucoup de bruit pour que la montagne accouche d’une souris » est le titre d’un communiqué adressé aux médias par le secrétariat exécutif d’A Ti’a i Mua, à l’issue du contentieux réglé entre le gouvernement et cinq organisations syndicales de salariés sur le dossier de la PSG.

Nos camarades ont mis toute la Polynésie en émoi avec le dépôt d’un préavis de grève général auquel A Ti’a i Muan’a pas voulu s’associer, les discussions se poursuivant normalement tous les mardis sur la réforme de la PSG. Samedi, après des heures d’âpres négociations, un protocole d’accord a été signé. Examinons donc les avancées fabuleuses obtenues par nos amis.

1/ PSG II

Nos amis reconnaissent la nécessité de réformer la PSG pour assurer sa pérennité, c’est-à-dire la maladie, la retraite, la solidarité. C’est ce que dit A Ti’a i Mua depuis le début.

Un comité de pilotage est mis en place. Tiens, on s’est donc roulés les pouces pendant 1 an et encore mardi dernier pour avancer des propositions ? A Ti’a i Mua a déjà fait retenir le principe d’un comité de pilotage de la réforme dans le travail des ateliers.

Enfin, on attend toujours les propositions des signataires qui ont joué la chaise vide pendant tout ce temps.

2/ Prise en charge du déficit du RGS

Le Pays verse 800 millions Fcfp par an du déficit cumulé de l’assurance maladie. Déficit de 10 milliards qui ne doit rien au Pays mais à la gestion de MM. Ahini et Galenon à la CPS. Le Pays augmente sa participation à 1.2 milliard en 2017. Si nos amis étaient venus aux ateliers, ils auraient su que le tant décrié M. Tapeta a déjà proposé l’augmentation de cette prise en charge. Certes, aucun chiffre n’a été avancé. Aussi, nous saluons cet immense progrès !

3/ Réaffectation de la CST au RSPF

A Ti’a i Mua réclame cette réaffectation depuis la création du FELP en 2013 alors que nos camarades ont découvert ce sujet en 2016. Cependant, la CST rapporte 12 milliards Fcfp par an et le Pays verse plus de 20 milliards au RSPF. On peut considérer que cette obligation est remplie mais ça ne coûte rien de l’écrire. Va pour le bilan annuel détaillé du FELP.

4/ Restitution du FSH pour le logement des salariés

D’accord pour en discuter en 2016. Pour ce qui nous concerne, ça fait dix ans qu’on le réclame et d’ailleurs en 2015, nous avons avec nos amis et certaines organisation patronales, signé un courrier à ce sujet afin d’exprimer la volonté des partenaires sociaux d’avancer sur ce dossier.

5/ Non à la refonte arbitraire du code du travail

Lors de la dernière réunion tripartite, les partenaires sociaux et le gouvernement se sont entendus pour que syndicats et patronat se rencontrent pour réfléchir à des ajustements du code du travail. La première réunion bipartite s’est tenue le 25 avril. La prochaine se déroulera le 27 mai 2016. C’est donc déjà acté depuis plusieurs semaines.

6/ Prise en charge des maladies radio induites dues aux essais nucléaires

Tant que Monsieur Galenon mentira à la population sur une somme de 54 milliards Fcfp due par l’Etat au titre des maladies radio induites, somme qui correspond à la totalité des cancers en Polynésie française (comme si tous les cancers avaient pour origine les essais nucléaires et qu’il n’y en avait pas ailleurs dans le monde), l’Etat n’ouvrira jamais le dossier de la juste indemnisation des Polynésiens et de la CPS. D’ailleurs, bizarrement la CSTP/FO a voté contre la délibération du CA de la CPS qui envisage de poursuivre l’Etat à ce sujet.

7/ Avantages en nature

Cet arrêté a été présenté en tripartite en début d’année 2016 et personne n’y a vu quoi que ce soit. Ni eux, ni nous (mea culpa pour ce qui nous concerne). Une simple lettre de demande de correction n’aurait-elle pas suffit ?

8/ Conditions d’accès au RSPF

Que veulent dire nos amis par « revoir » ? Quel projet de loi va être présenté ? Un nouveau texte fixe les conditions d’admission au RSPF depuis janvier 2016.

9/ Protection de l’emploi local

On en a eu des projets de loi. Aucun n’a abouti. Espérons que ça marchera ce coup-ci.

10/ Caisse chômage

En lieu et place, on retrouve une résolution de A Ti’a i Mua pour une assurance garantie salaire en cas de liquidation d’entreprise. La question est inscrite à l’ordre du jour de la réunion bipartite entre syndicats et patronat du 24/06/2016. Bravo la tentative de récupération.

Une semaine de gesticulation et de cinéma pour obtenir ce qui existe déjà. Quel gâchis !

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close