Adoption du budget 2015 du Pays par 46 voix

Le budget général de la Polynésie française pour l’exercice 2015 a été adopté vendredi après-midi (vers 15h30) par quarante-six voix, regroupant les élus du Tahoeraa et ceux de A Ti’a Porinetia, alors que le groupe UPLD a préféré s’abstenir. 

 

C’était le « gros morceau » de cette avant dernière séance de la session budgétaire 2014! Son examen, toujours aussi fastidieux, a donné lieu à de belles joutes verbales. Mais les autonomistes ont su dépasser les clivages politiques en se rejoignant sur l’essentiel. Comme Teva Rohfritsch l’avait annoncé jeudi matin, ATP a donc choisi de soutenir le gouvernement d’Edouard Fritch, ne serait-ce que pour couper court à toute instabilité naissante.

Autre satisfaction pour l’exécutif: au delà des tirages internes, tous les représentants s’accordent à reconnaître aujourd’hui que ce document budgétaire correspond parfaitement bien au contexte économique actuel du fenua. Il faut dire qu’il a été préparé en partie par l’ancien gouvernement…Seule concession faite pour satisfaire la majorité: les 500 millions de Fcfp ajoutés en faveur des CAE.

Les deux autres dossiers inscrits à l’ordre du jour concernaient d’une part les comptes spéciaux, d’autre part, le budget de l’assemblée de la PF. Celui des comptes spéciaux a été adopté à l’unanimité, ce qui est suffisamment rare pour être souligné…En revanche, les moyens consentis en faveur de la troisième institution du Pays n’ont pas reçu l’aval de l’opposition UPLD-ATP.

Lors des débats, il a été question également du préavis de grève déposé, hier, au Service de l’emploi (Sefi). A ce propos, la ministre de tutelle, Tea Frogier, s’est interrogée sur l’opportunité de déclencher un tel conflit social à la veille du vote du budget. Toujours est-il que les parties en partie disposent d’un délai de cinq jours pour trouver un terrain d’entente. La « grogne », si tant est qu’elle soit justifiée, viendrait d’une surcharge de travail consécutive au traitement des dossiers CAE (Contrat d’aide à l’emploi). Or, selon la ministre, cela n’est pas démontrée…Et d’expliquer un peu plus loin que sur les 88 agents que compte le Sefi, seuls 4 ou 5, 10 au maximum, seraient susceptibles de se mettre en grève.

Antony Géros a, quant à lui, interrogé le gouvernement pour savoir si le public pouvait effectivement espérer une baisse des prix du carburant à la pompe à compter du 1er janvier 2015 comme l’avait laissé entendre quelques jours plus tôt le ministre de la Relance économique. En l’absence de Jean-Christophe Bouissou, le président Edouard Fritch a relativisé les propos tenus comme étant seulement une hypothèse, avant que le ministre des Finances, Nuihau Laurey, ne déclare que compte tenu d’une hausse du cours du billet vert – le dollar approchant les 100 Fcfp –  le sujet devra être tranché au cours des six premiers mois de l’année 2015.

En conclusion, la présidente du groupe Tahoeraa, Teura Iriti, par ailleurs sénatrice de la Polynésie, a déclaré à l’attention du chef de l’exécutif local: « Saches que nous avons entièrement confiance en toi! » 

 

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close