Aides de l’Etat aux sinistrés du 21 janvier: le haussaire se veut transparent…

En complément des aides d’urgence du Pays, les 36 millions de Fcfp du Fonds d’extrême urgence décidés par l’Etat ont été entièrement consommés pour venir en aide aux sinistrés par les intempéries, assure aujourd’hui le haut-commissaire, René Bidal.

Dans les heures qui ont suivi les premiers constats des dégâts causés par les pluies torrentielles qui se sont abattues sur plusieurs communes de Tahiti et de Moorea, l’Etat a débloqué un Fonds de secours d’extrême urgence pour apporter une aide immédiate d’un montant de 24 millions de Fcfp portée ensuite à 36 millions de Fcfp. Ces crédits, ont été totalement utilisés, ils ont permis d’apporter, en liaison étroite et complémentaire avec les initiatives prises par le gouvernement du Pays, une réponse rapide pour subvenir aux besoins de première nécessité des populations sinistrées.

Les financements ont été répartis de la manière suivante :

  • Traitement des conséquences immédiates et urgentes 61,56%

  • Hébergement en urgence et temporaire des sinistrés 17,98%

  • Protection des bâtiments endommagés 7,25%

  • Besoins de première nécessité des sinistrés 13,21%

Les aides ont été réparties auprès des communes qui ont été touchées ainsi qu’auprès des associations qui ont aidé les sinistrés à sécuriser leurs habitations et qui les ont accueillis dans les différents centres d’hébergement en finançant notamment l’achat de matelas, de matériels pour cuisiner, de produits alimentaires et hygiéniques etc.

En outre, dès le 3 février 2017, sans attendre la procédure d’évaluation des dégâts, la Ministre des Outre-mer a procédé à l’activation du Fonds de secours en procédure normale, soit un gain de temps de quatre mois par rapport à la procédure ordinaire.

Mes services travaillent actuellement, en lien étroit, avec ceux du Pays et des communes, pour recenser, dans les meilleurs délais, les entreprises artisanales et familiales et les collectivités ayant subi des sinistres et pour les aider à constituer les dossiers qui seront présentés afin d’obtenir les financements nécessaires pour rétablir le fonctionnement normal des équipements publics essentiels à la vie collective (ponts, routes, enrochements des rivières, réseau d’alimentation en eau potable…).

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close