Alerte aux méduses à la Pointe Vénus

Ce n’est pas la première fois – et certainement pas la dernière – que le spot de la côte est de Tahiti est infestée de méduses.

Raison pour laquelle la Pointe Vénus est actuellement placée sous haute surveillance; une alerte qui devrait être maintenue jusqu’au mois de juillet.

A ce jour, plusieurs baigneurs ont été piqués avec, pour conséquences, des brûlures plus ou moins douloureuses ainsi que des crampes.

Fort heureusement, un poste de secouristes est à demeure depuis quelques mois sur le site.

La piqûre est en général bénigne. Quand on se baigne, il vaut d’abord mieux revenir sur la plage car s’il y a une méduse il est vraisemblable qu’il y en ait d’autres. Les cellules urticantes sont concentrées sur les filaments des méduses, qui peuvent s’enrouler autour du torse, des bras, du cou… Il faut donc aussi s’assurer qu’il n’y a pas de filament sur la peau et surtout ne pas l’enlever avec les doigts.

Ensuite, il va rester des cellules urticantes. Ces cellules ont la caractéristique d’éclater quand on les rince à l’eau douce, donc il faut rincer la brûlure à l’eau de mer, jusqu’à ce que l’on ait bien nettoyé. Éventuellement, on peut nettoyer avec du sable. Un produit comme la Biafine peut aussi soulager, mais pas guérir la piqûre.

« Surtout, ne pas frotter la zone piquée », conseille le site du portail d’observation des méduses en Méditerranée et ôter rapidement à l’aide d’une pince ou tout autre objet à disposition (papier, plastique, coquillage ou encore morceau d’algue) les fragments restés sur la peau avant de rincer à l’eau de mer. Surtout pas à l’eau douce !!

Le site de la Croix-Rouge préconise une méthode approchante qui consiste à recouvrir de sable la plaie, préalablement rincée à l’eau de mer, de laisser sécher avant de retirer le « cataplasme » avec un objet rigide afin d’éliminer les parties urticantes.

Si la douleur persiste, administrer un antalgique, de type paracétamol, ou consulter un médecin. Les marques cutanées peuvent mettre quinze jours pour disparaître.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close