Asie, vampires et Rome antique: découvrez les temps forts du Festival d’Angoulême 2018

Jusqu’au 11 mars, Angoulême célèbre l’oeuvre d’Osamu Tezuka.

Né au Japon en 1928, ce mangaka de génie, inventeur du personnage d’Astro Boy, est souvent présent comme le « Hergé japonais ». « C’est un parallèle qui marche, bien qu’elle soit réductrice: les œuvres de Tezuka comptent 400 volumes et il a dessiné plus de 150.000 planches », explique Xavier Guilbert, co-commissaire de l’exposition Osamu Tezuka Manga No Kamisama.

Il ajoute: « Tezuka est quelqu’un de très important dans le développement du manga. On le présente souvent comme étant le dieu du manga, mais je le vois plutôt comme un saint-patron du manga. Il va mettre en place de nombreuses techniques narratives associées maintenant au manga, comme les grands yeux qu’il est allé emprunté à Disney ».

Des années 1940 à sa mort en 1989, Tezuka s’est essayé à chaque genre du manga: « Il a toujours eu envie de se remettre en question », complète Xavier Guilbert. « Il a réussi à se réinventer en passant d’une production tournée essentiellement vers l’enfance dans les années 1960 avec Astro Boy, Le Roi Léo et Princesse Saphir à une création qui prend racine dans des faits de l’actualité japonaise dans les années 1970 avec des titres comme Ayako ou MW… »

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close