Assigner à résidence les personnes fichées S comme le veut Sarkozy n’est pas toujours efficace

Nicolas Sarkozy a proposé au président de la République d’assigner à résidence des personnes fichées pour radicalisation. L’exemple de Saïd Arif prouve que cette solution n’est pas la panacée.

Après les attentats du 13 novembre à Paris, François Hollande a reçu les responsables politiques de tous bords pour établir des propositions à la crise actuelle. Nicolas Sarkozy, le président du parti Les Républicains, a avancé une pise de travail en particulier lors de son passage au journal de TF1: «l’assignation à résidence des personnes fichées pour radicalisation, avec bracelet électronique».

Il faut renforcer de façon drastique notre politique de sécurité intérieure. #France #attentats pic.twitter.com/vJNB6q8IFk

L’ancien chef de l’État avait toutefois été précédé par le député-maire de Nice, Christian Estrosi, qui demandait au lendemain des attentats «l’extension à l’ensemble du territoire des mesures permettant l’assignation à résidence des personnes fichées S».

Je demande l’extension à l’ensemble du territoire des mesures permettant l’assignation à résidence des personnes fichées S #Paris

Une fiche S est une des sous-catégories du fichier des personnes recherchées, le FPR. Il désigne les personnes potentiellement menaçantes pour la «sûreté de l’État». En août dernier, 5.000 personnes étaient recensées sous cette dénomination.

Pour Nicolas Sarkozy, un tel dispositif permettrait aux services de renseignements de «savoir où vont ces personnes, ce qu’elles font le temps d’évaluer leur dangerosité». Cependant, une telle disposition peut être contournée. Sur Twitter, le journaliste David Thompson a rappelé l’exemple de Saïd Arif, tué en mai 2015 par un tir de drone américain.

Pour rappel, Saïd Arif, assigné en résidence en Haute-Loire a fui en Syrie en 2013 et devenu emir chez Jund al-Aqsa https://t.co/1mmjfAqZj0

Deux fuites après des assignations à résidence

Islamiste radical algérien, Saïd Arif était (…) Lire la suite sur Slate.fr
Source: Yahoo France

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close