Attentats de Paris : une lettre à Daesh

Simon Castéran, un jeune journaliste vivant à Toulouse, a perdu sa cousine Madeleine dans les attentats qui ont frappé Paris vendredi 13 novembre. Sur son blog, il a publié une lettre poignante, une ode à la liberté qui a fait mouche sur les réseaux sociaux.

C’est un texte à la fois empreint de tristesse et de force, d’accablement devant la perte et de joie de vivre. Simon Castéran, un journaliste basé à Toulouse, a perdu sa cousine Madeleine dans l’attentat qui a visé le Bataclan vendredi 13 novembre.

« C’était une femme libre et heureuse »

Sur son blog, il a posté une lettre dans laquelle il s’adresse directement à Daesh et décrit sa cousine ainsi : « L’eussiez-vous connue, que vous l’auriez détestée immédiatement. C’était une femme libre et heureuse, pleine de cette lumière intérieure qui vous manque tant. Horreur suprême, c’était aussi une intellectuelle, qui aimait son métier de prof de lettres en collège. Car oui, chez nous, les femmes ont non seulement le droit d’être éduquées, mais aussi d’enseigner. Tout comme elles ont le droit d’aller où bon leur semble, d’écouter de la musique, de boire de l’alcool et d’aimer qui elles veulent. Sans burqa, ni violence. Bref, de jouir de cette liberté qui vous fait tant horreur. Et dont Paris, « la capitale des abominations et de la perversion », dis-tu, s’est fait depuis longtemps la représentante ».

« Pourquoi continuer à tuer ? »

Avec cet hommage à la fois à sa cousine et au mode de vie occidental qui érige la liberté comme valeur suprême, Simon Castéran accuse ensuite Daesh de mentir effrontément en prétendant servir son Dieu avec la violence.  » Pourquoi continuer à tuer ? Ton Seigneur est-il si faible, dans ton esprit, qu’il ne puisse agir de lui-même ? Je ne peux le croire. Ce que je crois, en revanche, c’est que tu t’arranges bien de Son silence. Qu’en tuant au nom de ce même Islam et des musulmans que tu prétends défendre, tout en les assassinant, c’est la Création divine que tu détruis. Ce qui fait de toi un impie, un pécheur, encore plus coupable que le croyant que tu exècres, ou les païens que nous sommes ».

Une lettre qui a touché les internautes

Intitulée « Oui je suis un pervers et un idôlatre », la lettre de Simon Castéran, publiée samedi, fait mouche sur les réseaux sociaux, semblant en adéquation avec l’état d’esprit de nombreux Français, deux jours après les attentats de Paris.

Lire la suite : Attentats de Paris : une lettre à Daesh
Source: Yahoo France

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close