Attentats: les secteurs du tourisme et des loisirs veulent faire face, malgré des clients inquiets

Hôtels et restaurants ouverts, salons professionnels et vols internationaux maintenus: les professionnels du tourisme d’affaires ou de loisirs affichaient lundi leur volonté de faire face aux attentats, même si certains ressentent déjà l’inquiétude et donc la désaffection de leurs clients.

A l’image d’Air France, les compagnies aériennes au départ ou à destination de la France ont ce lundi maintenu inchangés l’ensemble de leurs programmes de vols.

Ryanair, Easyjet, Lufthansa ou le voyagiste Thomas Cook ne faisaient état que « d’un très petit nombre de clients » qui avaient décidé de reporter leur vol vers la capitale française ou souhaité rentrer précipitamment.

A l’inverse, hôteliers et restaurateurs faisaient état d’une inquiétude certaine de leurs clients, enregistrant des annulations « conséquentes », qui laissent présager de « prochains mois difficiles » dans ce secteur.

Selon le cabinet MKG, « le taux d’occupation a accusé une dégringolade de 20,8 et 23,1 points les nuits de samedi et dimanche. Le Revenu par chambre disponible (RevPAR) (indicateur clé du secteur, NDLR) a reculé de 21,1% samedi et de 28,5% dimanche ».

« Depuis samedi, il y a une vague d’annulations conséquente dans l’ensemble du secteur de l’hôtellerie et qui concerne les deux ou trois mois à venir », a indiqué à l’AFP Didier Le Calvez, PDG du palace Le Bristol dans le centre de la capitale, et président de l’Umih Prestige, branche du syndicat hôtelier qui regroupe les établissements très haut de gamme.

Selon lui, « c’est 50% de chiffre d’affaires en moins qui va être enregistré pour le mois de novembre pour l’hôtellerie ».

La banque publique d’investissement Bpifrance a annoncé qu’elle suspendrait pour six mois les échéances de paiement des crédits des hôteliers parisiens et de la petite couronne, en prévision d’une baisse de leur activité, tandis que le syndicat de l’hôtellerie mettra en place un fonds de soutien aux victimes.

Le guide gastronomique Fooding a relayé l’appel de restaurateurs, cafetiers et brasseurs français de sortir dans les cafés mardi soir et lançant le slogan #tousaubistrot sur les réseaux sociaux.

Les salles de spectacle, musées et autres parcs de loisirs, tous ou presque avaient pris la décision eux aussi d’ouvrir leurs portes ce lundi. A l’exception notable de Disneyland Paris, qui a annoncé ne rouvrir que mercredi matin « par respect des trois jours de deuil national ».

– « Montrer que la vie continue » –

Du côté des organisateurs privés de salons professionnels et grand public, après quelques annulations ce weekend (Paris Photo, Salon de l’Assuré), lundi l’heure était à la mobilisation, avec l’intention de maintenir les événements prévus.

Milipol, Créations et Savoir-Faire, Funéraire Paris, et les autres salons prévus cette semaine ouvriront bien leurs portes, ont fait savoir lundi les représentants de Comexposium, Viparis et Reed Expositions, trois des principales sociétés organisatrices de ce type d’évènements.

Comme les centres commerciaux ou plusieurs salles de spectacle ou musées, « il nous semblait important d’ouvrir » malgré les circonstances, a indiqué un représentant de Comexposium.

« Il faut montrer que la vie continue », même si les mesures de sécurité seront évidemment renforcées massivement, a expliqué un porte-parole de Viparis.

« On a certes eu des coups de fils ce weekend de nos exposants qui se posaient des questions, mais aussi beaucoup nous ont dit « vous avez raison (d’ouvrir), on sera là, il faut se serrer les coudes, faire front et ne pas se laisser abattre » », a témoigné Laura Bokobza, de Reed Expositions France.

Pour l’instant, pas d’annulations massives de la part des exposants, même si quelques inquiétudes ont été ressenties de la part de quelques délégations en provenance de l’étranger.

« Une hotline a été mise en place ce weekend pour répondre aux questions. On a eu quelques annulations de participants, notamment chinois, mais cela reste marginal », indique Comexposium.

Tout près du lieu des attentats de vendredi soir, rue Jean-Pierre Timbaud, où voisinent bars branchés, mosquée, et école catholique au milieu des magasins vendant hijabs, corans et tapis de prières, le directeur du centre culturel la Maison des Metallos, Philippe Mourrat, a décidé de rouvrir ses portes lundi soir pour un débat sur les réfugiés en présence du romancier Laurent Gaudet.

« C’est dur », dit M. Mourrat. « On rouvre de façon déterminée, car on ne veut pas céder aux pressions des fanatiques », a-t-il souligné.

Lire la suite : Attentats: les secteurs du tourisme et des loisirs veulent faire face, malgré des clients inquiets
Source: Yahoo Économie

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close