Au coeur d’une entreprise qui couvrait des affaires de harcèlement sexuel

À 11h10 précises, jeudi 1er novembre, les employés de Google sortent de leur bureau, situé à quelques blocs seulement du Capitole, à Washington, aux États-Unis.

Ils font pendant quelques minutes le tour du pâté de maison. C’est leur manière de protester, après les révélations du New York Times, qui a affirmé la semaine dernière que l’entreprise avait couvert plusieurs cas de harcèlement sexuel. Un haut responsable, inventeur du système Android, aurait même été contraint de quitter Google, mais avec une indemnité de presque 100 million de dollars. Des manifestations comme celle-ci ont eu lieu le même jour à Londres, Singapour, Dublin…

« On a ce pouvoir de prendre la parole. Si j’avais un autre job, je ne sais pas moi, de femme de ménage par exemple, sans doute que ma voix ne porterait pas autant pour dire : ‘Attention ce n’est pas correct que des choses comme ça se déroule chez Google.’ Vraiment, ça me dérange », déclare une manifestante, dans la capitale américaine.

Le PDG de Google, Sundar Pichai, a écrit aux 85 000 employés, pour leur dire que ses affaires de harcèlement étaient du passé et que désormais plus aucun comportement déplacé n’était toléré. « On a beaucoup de chance, on aime (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close