Avant le grand oral, le président Fritch multiplie les rencontres diplomatiques

 

Avant d’entamer une série de rencontres avec les représentants de l’ONU et de pays membres, le président Edouard Fritch a débuté la journée de lundi à New York par un entretien avec Tekau Frère.

Cette jeune polynésienne travaille pour l’organisation non-gouvernementale Island First qui s’inscrit dans la politique de développement des Nations Unies sur les océans.

Tekau Frère a présenté au président la conférence internationale sur la protection et l’utilisation durable de la mer en dehors des zones économiques exclusives qui se déroulera au mois de juin 2017. En préalable à cette conférence, Tekau Frère a proposé au président, qui s’y est montré extrêmement favorable, d’organiser à Tahiti un séminaire international sur l’importance des savoirs traditionnels sur la pêche. De nouvelles rencontres sont programmées pour l’organisation de cette manifestation.

Le président s’est ensuite rendu au siège des Nations-Unies pour une série de rencontres avec les représentations diplomatiques et institutionnelles de l’ONU. C’est ainsi que le président a pu échanger avec Max Hufanen Rai, ambassadeur de Papouasie-Nouvelle-Guinée. 2A cette occasion, Edouard Fritch a pu remercier le soutien actif de ce pays pour l’intégration de la Polynésie française en tant que membre à part entière du Forum des îles du Pacifique. L’ambassadeur, bien informé de la situation institutionnelle de la Polynésie française, a affirmé son total soutien à notre pays. Il s’est par ailleurs montré très favorable aux possibilités de développement des relations économiques entre la Polynésie française et les pays océaniens pour ce qui concerne les problématiques communes, notamment en termes de transport.

Le président a également répondu à l’invitation de Peter Thomson, président de l’Assemblée générale de l’ONU. Edouard Fritch a ainsi pu expliquer quelle était la réalité institutionnelle de la Polynésie française au sein de la République française. Une explication qui contraste avec celle qui a été présentée devant l’organisation internationale depuis 2013. Peter Thomson a parfaitement appréhendé les explications du président Edouard Fritch et l’a invité à expliquer devant le comité des 24 la situation réelle de la Polynésie française.

3

Le président a également rencontré l’ambassadeur Phillip Taula, représentant la Nouvelle-Zélande. L’ambassadeur s’est particulièrement intéressé à la position de la France vis-à-vis des conséquences des essais nucléaires. Le président Edouard Fritch l’a rassuré sur les conditions du dialogue constructif engagé avec la France qui a reconnu les conséquences sanitaires, environnementales et économiques des expérimentions.

Dans la journée, le président a également rencontré madame Josiane Ambiehl, chef de l’unité décolonisation de l’ONU, afin d’échanger sur l’audience de ce mardi devant l’assemblée générale. Le président a également rencontré les représentants de la mission diplomatique française.5

Ce mardi après-midi, le président s’exprimera publiquement, pour la première fois, devant la quatrième commission de l’ONU, afin de faire connaître le point de vue de la majorité des Polynésiens sur la réinscription de la Polynésie française sur la liste des pays à décoloniser de l’ONU. Dans la matinée, il doit continuer ses rencontres diplomatiques.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close