Avec l’autonomie, E. Fritch plaide pour le « bien-être de tous les Polynésiens »

Nous reproduisons dans son intégralité l’allocution prononcée vendredi matin par le président du Pays, Edouard Fritch, lors du trente-quatrième anniversaire de l’autonomie interne.

Mes chers compatriotes,

34 ans après sa naissance, nous sommes à nouveau réunis pour fêter l’Autonomie de la Polynésie française. Nous sommes rassemblés pour rendre un hommage à tous ceux qui, depuis Pouvanaa, se sont battus pour cette légitime aspiration.

Plus que jamais, nous sommes persuadés que l’Autonomie reste le meilleur cadre institutionnel pour notre Pays et l’élection qui vient d’avoir lieu montre que cette vision est partagée par la plus grande majorité des Polynésiens.

Cette Autonomie nous permet à la fois :

– d’être polynésien, de vivre notre culture et d’affirmer fièrement notre identité ; bref, d’être nous-même ;

– d’être moderne et de vivre pleinement notre temps ;

– d’être en sécurité et protégé par cette grande Nation qu’est la France, alors que tant de menaces agitent le monde.

Avec notre Autonomie, nous sommes pleinement responsables de notre présent et de notre avenir ; nous nous gouvernons librement et démocratiquement.

Avec notre Autonomie, nous sommes compétents pour gérer tous les aspects économiques, sociaux, culturels et environnementaux, essentiels à la vie quotidienne des Polynésiens.

Avec notre Autonomie, nous avons pu entrer au sein du Forum du Pacifique et discuter d’égal à égal avec nos frères polynésiens, mélanésiens et micronésiens du grand bassin Pacifique.

Avec notre Autonomie, notre langue et celles des archipels sont respectées et toujours vivantes.

Avec notre Autonomie, nous avons su protéger nos terres tout en respectant la propriété privée de chacun.

Avec notre Autonomie, nous sommes compétents pour valoriser toutes les ressources contenues dans notre zone économique exclusive ; nous avons réservé l’exploitation de notre grand océan au seul bénéfice des Polynésiens.

Oui, notre Autonomie est le cadre institutionnel qui répond parfaitement aux défis actuels de la Polynésie française.

Par ailleurs, notre société et les Polynésiens également, évoluent. Nous évoluons parce que, d’une part, notre société se modernise à son rythme, et d’autre part, nous sommes ouverts au monde.

Ces évolutions nous amènent nécessairement à apporter des ajustements utiles à notre statut d’Autonomie. Il ne s’agit pas d’une nouvelle étape institutionnelle, alors que nous n’avons pas encore fini d’exercer la totalité des compétences qui nous sont dévolues.

Mais l’expérience nous montre qu’il faut lever certains freins, certaines lourdeurs de ce statut afin d’en faire un outil institutionnel toujours plus performant au service du développement de notre pays. Tout cela, pour un unique objectif, faire avancer la Polynésie.

C’est le sens bien compris par l’Etat, des modifications que notre gouvernement souhaite apporter prochainement au projet de réforme de statut.

Mes chers amis, en finalité ce qui compte avant tout, c’est le bien-être de tous les Polynésiens. C’est garantir que les Polynésiens soient bien soignés, bien éduqués et bien en sécurité. C’est la garantie que nous apporte l’Autonomie au sein de la Nation française.

Continuons ensemble à croire et à aimer notre pays.

Vive la République française

Vive les Marquises,

Vive les Tuamotu et Gambier,

Vive les Australes,

Vive les Îles sous le vent

Vive les Îles du Vent

Et, Vive la Polynésie française

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close