Baisse de la natalité: où sont passés nos bébés?

C’est décidé : Julien et Laura n’auront qu’un enfant. Tous les deux n’ont encore que 28 ans, mais, à les entendre, leur décision est « ferme et définitive ».

Lui, technicien en informatique, n’a eu ni frère ni soeur et, dit-il, « n’en a jamais souffert ». Elle, diplômée en droit, est issue d’une fratrie de quatre, mais n’a aucune envie de reproduire le modèle familial. « Avant de devenir mère, je dois d’abord trouver un poste stable. Après, j’ai envie de vivre à Paris, où les loyers sont tels que nous ne pourrions pas le faire avec une famille nombreuse. » 

Un cas isolé ? Peut-être pas. Depuis quelque temps, le nombre des naissances enregistrées en France donne de sérieux signes de faiblesse. En 2017, il a baissé pour la troisième année consécutive, avec seulement 767 000 nourrissons, outre-mer compris.

Loin, très loin de la glorieuse année 1971, où l’on avait frôlé la barre des 900 000 pour la seule métropole. Plus inquiétant : le « solde naturel » (ou le total des naissances moins les décès) en 2017 a atteint son plus bas niveau depuis… 1945. Et la dégringolade se poursuit cette année.

Selon les tout derniers chiffres de l’Insee, seuls 285 600 bambins ont vu le jour entre les mois de janvier et de mai, soit 11 % de moins qu’en 2014…

Sous le seuil de renouvellement des générations

Ici et là, certains se rassurent à bon compte, en rappelant une vérité première : la natalité dépend d’abord des mères potentielles. Dès lors que leur nombre baisse, il serait inéluctable que les naissances diminuent aussi. Le raisonnement, cependant, ne convainc guère dans la mesure où l' »indice conjoncturel de fécondité » – qui évite ce biais, en rapportant le nombre de naissances annuelles à celui des femmes en âge de procréer – s’affaisse lui aussi : de 2,03, en 2010, il est passé à 1,95, en 2015 et même à 1,88, en 2017 ! S’écartant dangereusement du seuil de renouvellement des générations, évalué à 2,07.

Des sages-femmes présentent les bébés nés durant la nuit du Nouvel An, le 1er janvier 196…Lire la suite sur L’Express.fr

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close