Bilan du séjour d’Ericka Bareigts en Polynésie française

Au terme de ses quatre jours passés en Polynésie française, la ministre des Outre-mer, Ericka Bareigts, a rencontré les journalistes en fin d’après-midi pour tirer le bilan de ses rencontres et réunions de travail avec les autorités polynésiennes.

D’emblée, la représentante du gouvernement central s’est félicitée d’avoir pu mener à bien tous ces rendez-vous programmés, ce qu’elle a qualifié de “parcours rythmé” visant à rencontrer le plus grand nombre de personnes possibles.

Son séjour s’est déroulé, il est vrai, dans un contexte très particulier, marqué par de graves intempéries qui ont engendré d’importants dégâts dans plusieurs communes de Tahiti ainsi qu’aux Tuamotu. Plus qu’un message de soutien envers les sinistrés, elle a rappelé que l’Etat sera bien présent sur le volet indemnisations des biens matériels. “Je souhaite que nous puissions aller vite” a t’elle précisé, sans pour autant s’avancer sur le montant final de la facture. Seule indication: “Par rapport aux indemnisations qui ont été débloquées pour les intempéries de fin 2015, nous anticipons un triplement en fonction des dossiers déposés”. Soit environ 350 millions de francs pacifique.

Interrogée ensuite sur la question du nucléaire et la suppression du risque négligeable, Ericka Bareigts a voulu rassurer ses interlocuteurs sur l’objet de la nouvelle commission introduite par le gouvernement. “Elle est faite et constituée de parlementaires pour faire en sorte que la justice soit réaffirmée sur ce dossier”, a t’elle déclarée, avant d’ajouter: “C’est une victoire, une décision politique historique..Maintenant, il faut se mettre au travail!” Autrement dit, si les deux conditions sont bien réunies – avoir séjourné sur le territoire entre 1966 et 1998, souffrir de l’une des 21 maladies pouvant découler des expérimentations nucléaires – plus rien ne pourra se mettre en travers d’une possible indemnisation. Là encore, Ericka Bareigts n’a pas voulu s’avancer sur l’impact budgétaire d’une telle évolution de la loi Morin. Mieux, elle s’interroge à voix haute: “Qu’est ce qui va se produire maintenant ?”

A propos des accords de Papeete, Ericka Bareigts se défend de tout blocage! Après un an d’échanges entre Paris et Papeete, nous abordons la dernière ligne droite. Mais ce document est suffisamment important à ses yeux pour être pris à la légère. Toute la question est aujourd’hui de savoir si, à moins de trois mois de la fin du mandat de François Hollande, la convention pourra être signée ? D’autant que le projet de texte doit être soumis préalablement au CESC pour avis, puis à l’assemblée de la Polynésie française. “J’espère que l’on aura bientôt ce consentement…”, a t’elle simplement répondu aux journalistes présents.

S’agissant du Numérique, la ministre des Outre-mer s’est engagée à adapter le dispositif “France Très Haut Débit” à la Polynésie. Ce qui permettra à l’Etat de pouvoir co-financer des projets structurants tels que le câble ou la fibre indispensables à l’ouverture sur le monde des îles les plus isolées.

Enfin, Ericka Bareigts a confirmé qu’il manquait encore aujourd’hui une partie du versement 2016 de l’Etat au RSPf (Régime de solidarité). “L’argent est là…” mais le souhait de la ministre est d’envoyer une (nouvelle) mission de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) pour accompagner le Pays, techniquement parlant, dans ses réformes pour la PSG. “Cette proposition a été faite récemment et nous attendons la réponse de la Polynésie”, a confirmé le haut-commissaire, René Bidal.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close