Cannabis: la France persiste dans son modèle répressif

Alors que les médecins britanniques ont depuis jeudi 1er novembre le droit de prescrire des produits dérivés du cannabis pour traiter certaines maladies comme l’épilepsie, la France reste sur son modèle répressif.

« En France, il ne faut pas se leurrer, il n’y aura pas la décision de légaliser », assure le docteur William Lowenstein, addictologue et président de SOS addictions.

Les espoirs « sont sur le cannabis thérapeutique. On peut faire les choses sérieusement que ce soit pour les enfants épileptiques, que ce soit pour diminuer la consommation de médicaments des séniors, que ce soit pour aider beaucoup de gens dans leur confort au quotidien ».

Le docteur William Lowenstein évoque également un « espoir de levier économique ». L’économie du cannabis représenterait pour les agriculteurs, « 150 000 à 200 000 emplois, que ce soit dans la Creuse ou ailleurs », dit-il et « vraisemblablement une possibilité d’économiser ou de gagner deux milliards d’euros ».

Le docteur évoque l’exemple du CBD, ce dérivé de cannabis vendu avant son interdiction dans certains magasins. « On sait que le chiffre d’affaires du cannabis, c’est quand même 60% des réseaux mafieux. Il n’y a pas beaucoup d’entreprises qui continuent de marcher bien, même si on peut faire confiance au ‘recyclage terrible’ des réseaux mafieux, quand on leur enlève (…)

Lire la suite sur Franceinfo

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close