Certification de cinq entreprises pour protéger la biodiversité

 

Actuellement, cinquante-deux espèces animales et végétales introduites sont classées selon le code de l’environnement en tant qu’espèces menaçant la biodiversité de Polynésie française tel que le tristement célèbre miconia ou la petite fourmi de feu.

Ces espèces ne sont toutefois pas présentes dans toutes les îles polynésiennes et les efforts sont nombreux afin d’informer et sensibiliser la population. En effet, il est important d’empêcher la propagation vers des îles encore indemnes. Ainsi en 2017, au-delà des dispositifs de contrôles existants, de la communication réalisée pour limiter les transports volontaires ou non de la part de la population, le ministère en charge de l’environnement a souhaité mettre en place un dispositif de certification. Il s’agit d’agir sur les éventuels transports accidentels, en encourageant la mise en place de procédures de gestion d’espèces présentes sur des sites de production et de stockage à Tahiti par des entreprises de Tahiti qui expédient des marchandises dans les îles.

Sous la coordination de la Direction de l’environnement, un processus de certification a été testé avec l’appui du bureau d’étude « Bioconsulting » auprès de cinq sociétés représentant cinq types d’activité : Jardins de Tahiti (production et vente de plantes), Tahiti Agrégats (production et vente d’agrégats), Technival (production et vente de compost), MCM Tipaerui (vente de matériaux de construction) et Société de Navigation Polynésienne (Nuku Hau et Hawaiki Nui, Société de transport).

Convaincue par l’intérêt d’une telle démarche, chacune a mis en place des mesures permettant de limiter la présence d’espèces nuisibles et ainsi de réduire le risque de dissémination de certaines pestes omniprésentes à Tahiti (rongeurs, fourmis, oiseaux) dans le cadre de leur travail quotidien.

Une restitution des travaux menés courant 2017 effectuée lundi dans les locaux de la Direction de l’environnent, en présence de quatre des cinq entreprises impliquées et d’un représentant de la CCISM, a permis de faire le point sur cette première expérience. Trois des entreprises tests, Jardins de Tahiti, Tahiti Agrégats, Société de Navigation Polynésienne, ont été auditées en décembre et peuvent déjà se prévaloir de faire partie des « entreprises protégeant la biodiversité » pour une durée d’un an. Ce processus sera étendu à l’ensemble des entreprises dès 2018.

Les entreprises intéressées peuvent dès à présent se faire connaître auprès de la Direction de l’environnement au 40 47 66 66 ou sur invasives@environnement.gov.pf .

Les habitants des îles, contraints de faire venir leurs marchandises de Tahiti, pourront maintenant passer commande dans un cadre sécurisé, pour éviter l’arrivée de la petite fourmi de feu.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close