CESC: le public sensible à ce que sera la Polynésie à l’horizon 2050

Pour la célébration de son quarantième anniversaire, le Conseil économique, social et culturel de la Polynésie française (CESC) a tenu hier à l’hôtel Le Méridien une conférence visant à imaginer le développement de la Polynésie à l’horizon 2050.

Les autorités de l’État et du Pays, et les présidents des Conseils économiques, sociaux et environnementaux des régions de France et d’Outre-mer ont assisté à cet événement majeur pour la société civile organisée du Pays qui s’inscrit dans le prolongement des engagements de « l’Accord de l’Élysée ».

Ouverte au public, la conférence a rassemblé plus de trois cent personnes. Trois tables rondes ont été organisées autour des thèmes suivants : « Le fait nucléaire : un devoir de mémoire pour préparer l’avenir », « La Polynésie française et son environnement régional : un océan d’opportunités », et « Quelle Polynésie, quelle société polynésienne en 2050 ? ».

La thématique proposée par la quatrième institution du Pays a suscité un grand intérêt auprès du grand public, nombreux à assister à la conférence et à interagir avec les conférenciers locaux et nationaux.

Par leur présence, les autorités de l’État et du Pays ont également marqué une attention particulière à cet exercice de projection prospective.

Dans son allocution, le président Winiki SAGE a exprimé sa volonté de co-construire avec tous les acteurs locaux, une future société polynésienne garante de l’identité et du respect des valeurs polynésiennes : « A l’aube du 21ème siècle, le CESC est devenu ce lieu de réflexion, où l’on peut voir évoluer les débats sur les grandes questions économiques, sociales et culturelles, où se joue le destin de la Polynésie française. Notre attachement à nos traditions et nos valeurs, est un flambeau qui doit nous éclairer pour mieux regarder l’avenir. Notre mission, est bien de préparer l’avenir et d’éclairer les choix stratégiques en restant en phase avec les enjeux qui traversent notre société. ».

La synthèse de la conférence démontre que la société civile est manifestement préoccupée par son devenir :

Table ronde 1 – « Le fait nucléaire : un devoir de mémoire pour préparer l’avenir » :

Afin de pouvoir se projeter dans l’avenir, plusieurs choses sont nécessaires :

  1. Une transparence absolue sur toutes les conséquences des essais nucléaires, avec notamment l’appui d’expertises indépendantes pour lever les tabous.

  2. Une prise en compte sanitaire, environnementale, sociale, sociétale, culturelle et économique des conséquences des essais nucléaires.

  3. Cette transparence et cette reconnaissance nous permettront alors de co-construire la transition de la société polynésienne et faire du nucléaire une cause commune pour tous les polynésiens au-delà des clivages politiques.

Table ronde 2 – « La Polynésie française et son environnement régional : un océan d’opportunités » :

  1. Un modèle de développement local sera forcément influencé par les grandes puissances voisines (USA, Chine), mais basé sur nos spécificités polynésiennes (Authenticité, Culture, Environnement).

  2. Le Tourisme et les autres activités économiques ne peuvent se développer que de façon intégrée et dynamique.

  3. Les Polynésiens doivent être les acteurs de leur transition énergétique et écologique pour que les défis se transforment en opportunités.

Table ronde 3 – « Quelle Polynésie, quelle société polynésienne en 2050 ? » :

  1. Considérer équitablement l’ensemble des générations.

  2. Pour un véritable développement durable, il faut diversifier les solutions et faire en sorte que les sciences soient menées au profit des populations.

  3. Faciliter les initiatives des jeunes et les soutenir, mais surtout croire en la jeunesse polynésienne.

Il appartient désormais à tous les acteurs sociaux, économiques, culturels et environnementaux de s’imprégner de ces résolutions et de se réunir autour d’une table pour faire en sorte que toutes les générations puissent vivre ensemble en harmonie, en développant une économie où chacun trouvera sa place tout en préservant les formidables atouts de notre Fenua.

Communiqué du CESC

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close