Cinq scientifiques en herbe à la découverte de Tetiaroa

Cinq lycéens de terminale scientifique, Zoé Quillasi du lycée de Papara, Teipo Drollet du lycée Pomare IV, Henri Foray et Juliette Olivereau du lycée Paul Gauguin ainsi que E’eva Allain du lycée LaMennais ont séjourné quatre jours à Tetiaroa avec le responsable du concours Géosciences, Patrick Schneider, chargé de mission SVT au Vice Rectorat de Polynésie française.

Après deux heures trente de bateau, ils ont traversé la passe principale de l’atoll et ont été accueillis par les guides naturalistes de Tetiaroa. Ils ont été hébergés au centre de recherche de Tetiaroa. Durant le séjour, Alban Perret a pu leur montrer l’ensemble du complexe hôtelier ainsi que les installations pour promouvoir le développement durable : la climatisation à eau froide, le tri sélectif (le complexe est « Tortue d’or » depuis 3 ans), la gestion des eaux usées, la collecte des eaux de pluie et évidement les panneaux photovoltaïques disposés tout le long de la piste d’atterrissage. Au centre du motu, ils ont pu observer les travaux du futur potager pour produire des légumes et des aromates bio. Le miel bio de Tetiaroa est déjà produit.

Les guides de Tetiaroa Society Xenia, Ngnahina  leur ont fait découvrir les différents motu avec la forêt primaire, forêt naturelle que l’on ne retrouve plus que dans de rares endroits. Les lycéens ont été ravis de pouvoir contempler la diversité de tous les oiseaux marins et leurs petits.  C’est avec surprise qu’ils ont  découvert l’ancien village de Tetiaroa où jusque dans les années 50, on y faisait du coprah, ce village possédait sa propre boulangerie. Tetiaroa Society souhaite y implanter un bâtiment qui pourra permettre d’y recevoir des scolaires.

Avec les scientifiques de Te Mana O Te Moana, ils ont  pu pister les tortues marines qui viennent pondre le soir sur les plages. Ils ont également réalisé des appâts pour les crabes de cocotiers et un transect  une longue corde sur plusieurs centaines de mètres avec un appât fixé tous les 10m. Et la nuit, ils ont pu récolter, marquer et mesurer les crabes. Le record du plus petit crabe a peut-être été battu (c’est en cours d’expertise). En effet, la taille des crabes des cocotiers est déterminée par une suture d’écailles, un spécimen de 7 mm a été découvert et le précédent record est semble-t-il de 9 mm. Des adultes ayant la taille suffisante pour être commercialisés ont été découverts mais heureusement pour eux, ils ne finiront pas dans les assiettes mais ont été relâchés.

Ce séjour de quatre jours à Tetiaroa fut une expérience inoubliable pour ces cinq scientifiques en herbe. Et il ne faut pas oublier que Juliette Olivereau a représenté notre fenua lors de la remise des prix nationaux à Paris grâce à  Fenua Student d’Air Tahiti Nui.

Compte-rendu fourni

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close