Coffee shops à Paris: trois gérants de boutiques mis en examen

 

Trois gérants de boutiques parisiennes vendant un dérivé du cannabis ont été mis en examen vendredi pour infraction à la législation sur les stupéfiants, a annoncé le parquet de Paris.

Ils font partie des quatre personnes arrêtées mercredi et jeudi, dans le cadre de deux enquêtes préliminaires.

Deux informations judiciaires ont été ouvertes, la première jeudi contre un établissement de la rue d’Aboukir (2e arrondissement de Paris) et la seconde concernant un commerce de la rue Amelot (11e arrondissement), a ajouté le parquet dans un communiqué.

Elles visent les chefs d‘ »importation, acquisition, transport, détention, offre ou cession de stupéfiants » et « provocation à l’usage de stupéfiants ».

Un flou juridique

Les établissements qui commercialisent des produits à base de cannabidol (CBD) se multiplient en France et notamment à Paris. Tous profitent d’un flou juridique qui autorise le CBD dès lors que la teneur en THC, composant du cannabis ayant un effet psychotrope, n’excède pas 0,2%.

Selon le parquet, cette autorisation découle d’un arrêté du 22 août 1990 qui ne permet cependant la vente du CBD que sous la forme de « fibres (herbes, ndlr) ou graines ».

Rue d’Aboukir, deux types d’herbes présentaient des taux de 0,26% et 0,55% de THC, au-dessus donc du maximum autorisé, ont été saisis ainsi que des huiles de cannabidols, selon le parquet. Rue Amelot, du pollen de fleur compacté…

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close