Communiqué du Tahoeraa: « La décision du conseil politique n’est qu’une proposition… »

Dans un communiqué, le Tahoeraa huiraatira revient en détail sur la décision du conseil politique et ses conséquences pour Edouard Fritch.

En application des articles 38 et 39 des statuts du Tahoera’a Huiraatira, le conseil politique du mouvement réuni ce mardi 1er septembre 2015 a proposé à l’unanimité des membres présents l’exclusion définitive de Monsieur Edouard Fritch du Tahoera’a Huiraatira. Ce choix est la conséquence logique d’une longue série de propos et d’agressions qui ont porté atteinte à l’unité du parti. Cette proposition sera soumise à la décision définitive du grand conseil du Tahoera’a Huiraatira qui se réunira vendredi 4 septembre 2015.

La décision a été prise dans une ambiance détendue, et a été ressentie comme un soulagement après un an de déchirements internes. Le conseil politique l’a approuvée en l’absence du principal intéressé qui a une nouvelle fois refusé de répondre à l’invitation qui lui a été faite. Dans la lettre d’invitation qui lui a été adressée, Gaston Flosse écrit à Edouard Fritch : « Je vous invite à venir en personne à la rencontre de vos compagnons, et vous expliquer devant eux puisque vous affirmez encore appartenir à notre famille. Nos militants jugeront de la sincérité de vos intentions à votre présence et aux explications que vous leur fournirez, ou au mépris que vous leur témoignerez une fois de plus en refusant de vous exprimer devant eux. »

De fait Gaston Flosse a souligné que le président délégué du parti n’a plus assisté à une seule réunion des instances dirigeantes du parti depuis un an. La dernière à laquelle il a assisté est celle qui a validé sa candidature pour succéder à Gaston Flosse à la présidence de la Polynésie française. Depuis il n’est plus jamais venu.

Dans un premier temps, les membres du conseil politique ont eu à se prononcer sur la demande d’Edouard Fritch de reporter la décision. Le président du mouvement a procédé à la lecture de la demande. A l’unanimité des membres présents, le conseil politique a rejeté la demande de report d’Edouard Fritch.

Dans un second temps, le conseil politique a dû répondre à la question : « Pensez-vous que le comportement de Monsieur Edouard Fritch doit être sanctionné ? ». A cette question la réponse a été « oui » à l’unanimité.

Dans un troisième temps, s’est alors posée la question de la nature de la sanction. Chaque sanction prévue par les statuts a été soumise au vote des membres du conseil politique, de la moins sévère à la plus sévère : l’avertissement, le blâme, la suspension temporaire des fonctions, l’exclusion temporaire, l’exclusion définitive. Toutes les sanctions ont été rejetées à l’unanimité, seule l’exclusion définitive a recueilli l’assentiment de l’assemblée et a été approuvée à l’unanimité par un vote assis-debout.

La décision du conseil politique n’est qu’une proposition et n’est donc nullement définitive. En effet, seul le grand conseil est compétent pour valider ou non la sanction proposée par le conseil politique. Monsieur Edouard Fritch peut donc toujours venir s’expliquer vendredi soir devant le grand conseil où il sera invité comme tout le monde. Il n’appartiendra qu’à lui de faire valoir ses arguments devant les membres du parti dont il se réclame encore.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close