Communiqué officiel du conseil des ministres

Outre l’organisation à Pirae des prochains championnats du monde de va’a en 2018, deux autres sujets ont été discutés ce matin en conseil des ministres.

Les grandes lignes du Contrat de Ville 2015-2020

La Politique de la ville consiste à mettre en œuvre des actions coordonnées et ciblées au plan social et urbain sur un territoire donné, elle a pour objectif notamment de réduire les inégalités territoriales, de valoriser les quartiers en difficulté et de lutter contre l’exclusion des populations qui y habitent.

Ses domaines d’intervention sont divers et variés et concernent à la fois l’urbanisme et l’aménagement urbain, l’action sociale, l’éducation, la prévention de la délinquance, la sécurité, le développement économique ou encore l’emploi et l’insertion professionnelle.

Depuis une dizaine d’années, un syndicat mixte a été créé associant la Polynésie française et 9 communes qui forment la grande agglomération de Papeete. Ses principales missions sont de favoriser et soutenir les initiatives et actions au sein des communes dans le domaine de la Politique de la ville, au moyen de financements et crédits spécifiques de l’Etat et du Pays.

La mise en œuvre de ce partenariat a été formalisée en 2007 au moyen du premier Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) dont le terme était prévu le 31 décembre 2014.

Pour assurer la continuité de ces actions par rapport à cette échéance, le gouvernement de la Polynésie française a, dès le mois d’octobre 2014, informé l’Etat de sa volonté de poursuivre les moyens et efforts engagés dans la mise en œuvre de la politique de la ville au travers d’un nouveau partenariat contractuel : il s’agit du Contrat de ville 2015-2020 de l’agglomération de Papeete.

Durant plusieurs mois, une très large concertation entre le Pays, les neuf communes de l’agglomération et l’Etat, a été menée afin de définir d’une part, le cadre stratégique commun et partenarial du futur Contrat de ville et d’autre part, les principaux axes et enjeux thématiques du contrat autour des 3 piliers fondamentaux et prioritaires que sont :

  • L’emploi et le développement économique,

  • Le cadre de vie et le renouvellement urbain

  • La cohésion sociale avec la participative plus active des quartiers.

Le cadre géographique d’intervention a également été révisé, avec un recentrage sur 76 quartiers prioritaires de la grande agglomération de Papeete. Ces quartiers bénéficieront directement du concours technique et financier du nouveau Contrat de ville et concerneront près de 60 000 habitants.

La cohérence et la complémentarité de ce contrat de ville avec les politiques sectorielles conduites par le gouvernement de la Polynésie française devraient ainsi favoriser les politiques d’accompagnement des communes et répondre aussi aux préconisations de l’Etat dans ce domaine.

Il est également prévu dans le cadre de ce contrat de développer de nouvelles expériences participatives auprès des habitants, afin de créer de nouveaux lieux d’échanges, d’informations et de formation pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle de notre jeunesse.

Le projet de Contrat de ville 2015-2020 qui avait été transmis par le gouvernement au Conseil Economique, Social et Culturel a reçu de la part de la 3ème institution du Pays un avis favorable à l’unanimité, moins une abstention. En conséquence, le projet de délibération approuvant le contrat de ville 2015-2020 sera déposé ce jour à l’Assemblée de Polynésie française en vue de son adoption prochaine.

Près de 600 millions Fcfp pour raser le Royal Papeete et l’hôpital Mamao

Dans le cadre de la relance économique, le gouvernement de la Polynésie française a initié un certain nombre d’actions visant à promouvoir la destination « Tahiti » par le développement de projets d’envergure internationale, destinés au redressement économique du secteur du tourisme.

Dans ce contexte, et afin de repositionner le Pays sur l’échiquier touristique mondial, le projet d’aménagement de la zone d’Outumaoro, Tahiti Mahana Beach, a été conçu sur le principe de financement et d’exploitation privés du projet sur une emprise foncière publique.

A ce titre, trois subventions d’investissement ont été accordées à Tahiti Nui Aménagement et Développement au cours de l’année 2014, afin de préparer le développement de projets sur les sites de Tahiti Mahana Beach, Ainapare et Moorea Mahana Beach.

D’autre part, le gouvernement, dans la perspective du lancement d’opérations de construction, respectivement sur les sites de l’ex-hôtel Royal Papeete et de l’ex-hôpital Mamao, a confié des missions de dépollution et de démolition des bâtiments existants abandonnés et présentant un danger.

Aussi, l’attribution d’une subvention a été décidée ce jour, afin de mener à bien les travaux de dépollution, de désamiantage et de démolition des bâtiments « Royal Papeete » et « Ex-hôpital Mamao », estimés respectivement à 178 millions et 400 millions de Fcfp.

Ces travaux en réalisation sur l’année 2015, seront suivis du lancement d’études, afin de proposer, en relation avec la Ville de Papeete et les différents ministères de la Relance économique et du Logement, des programmes d’aménagements globaux, permettant de répondre aux demandes de logements, de commerces, de bureaux et de parkings.

 

La Politique de la ville consiste à mettre en œuvre des actions coordonnées et ciblées au plan social et urbain sur un territoire donné, elle a pour objectif notamment de réduire les inégalités territoriales, de valoriser les quartiers en difficulté et de lutter contre l’exclusion des populations qui y habitent.

Ses domaines d’intervention sont divers et variés et concernent à la fois l’urbanisme et l’aménagement urbain, l’action sociale, l’éducation, la prévention de la délinquance, la sécurité, le développement économique ou encore l’emploi et l’insertion professionnelle.

Depuis une dizaine d’années, un syndicat mixte a été créé associant la Polynésie française et 9 communes qui forment la grande agglomération de Papeete. Ses principales missions sont de favoriser et soutenir les initiatives et actions au sein des communes dans le domaine de la Politique de la ville, au moyen de financements et crédits spécifiques de l’Etat et du Pays.

La mise en œuvre de ce partenariat a été formalisée en 2007 au moyen du premier Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS) dont le terme était prévu le 31 décembre 2014.

Pour assurer la continuité de ces actions par rapport à cette échéance, le gouvernement de la Polynésie française a, dès le mois d’octobre 2014, informé l’Etat de sa volonté de poursuivre les moyens et efforts engagés dans la mise en œuvre de la politique de la ville au travers d’un nouveau partenariat contractuel : il s’agit du Contrat de ville 2015-2020 de l’agglomération de Papeete.

Durant plusieurs mois, une très large concertation entre le Pays, les 9 communes de l’agglomération et l’Etat, a été menée afin de définir d’une part, le cadre stratégique commun et partenarial du futur Contrat de ville et d’autre part, les principaux axes et enjeux thématiques du contrat autour des 3 piliers fondamentaux et prioritaires que sont :

  • L’emploi et le développement économique,

  • Le cadre de vie et le renouvellement urbain

  • La cohésion sociale avec la participative plus active des quartiers.

Le cadre géographique d’intervention a également été révisé, avec un recentrage sur 76 quartiers prioritaires de la grande agglomération de Papeete. Ces quartiers bénéficieront directement du concours technique et financier du nouveau Contrat de ville et concerneront près de 60 000 habitants.

La cohérence et la complémentarité de ce contrat de ville avec les politiques sectorielles conduites par le gouvernement de la Polynésie française devraient ainsi favoriser les politiques d’accompagnement des communes et répondre aussi aux préconisations de l’Etat dans ce domaine.

Il est également prévu dans le cadre de ce contrat de développer de nouvelles expériences participatives auprès des habitants, afin de créer de nouveaux lieux d’échanges, d’informations et de formation pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle de notre jeunesse.

Le projet de Contrat de ville 2015-2020 qui avait été transmis par le gouvernement au Conseil Economique, Social et Culturel a reçu de la part de la 3ème institution du Pays un avis favorable à l’unanimité, moins une abstention. En conséquence, le projet de délibération approuvant le contrat de ville 2015-2020 sera déposé ce jour à l’Assemblée de Polynésie française en vue de son adoption prochaine.

 Attribution d’une subvention d’investissement en faveur de Tahiti Nui Aménagement et Développement pour les projets « Royal Papeete » et « Mamao ».

Dans le cadre de la relance économique, le gouvernement de la Polynésie française a initié un certain nombre d’actions visant à promouvoir la destination « Tahiti » par le développement de projets d’envergure internationale, destinés au redressement économique du secteur du tourisme.

Dans ce contexte, et afin de repositionner le Pays sur l’échiquier touristique mondial, le projet d’aménagement de la zone d’Outumaoro, Tahiti Mahana Beach, a été conçu sur le principe de financement et d’exploitation privés du projet sur une emprise foncière publique.

A ce titre, trois subventions d’investissement ont été accordées à Tahiti Nui Aménagement et Développement au cours de l’année 2014, afin de préparer le développement de projets sur les sites de Tahiti Mahana Beach, Ainapare et Moorea Mahana Beach.

D’autre part, le gouvernement, dans la perspective du lancement d’opérations de construction, respectivement sur les sites de l’ex-hôtel Royal Papeete et de l’ex-hôpital Mamao, a confié des missions de dépollution et de démolition des bâtiments existants abandonnés et présentant un danger.

Aussi, l’attribution d’une subvention a été décidée ce jour, afin de mener à bien les travaux de dépollution, de désamiantage et de démolition des bâtiments « Royal Papeete » et « Ex-hôpital Mamao », estimés respectivement à 178 millions de francs Pacifique et 400 millions de francs Pacifique.

Ces travaux en réalisation sur l’année 2015, seront suivis du lancement d’études, afin de proposer, en relation avec la Ville de Papeete et les différents ministères de la Relance économique et du Logement, des programmes d’aménagements globaux, permettant de répondre aux demandes de logements, de commerces, de bureaux et de parkings.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close