Communiqué officiel du conseil des ministres

Retrouvez tous les dossiers examinés ce matin en conseil des ministres.

Approbation du Rapport Annuel d’Exécution de la coopération entre l’Union européenne et la Polynésie française pour l’année 2015

Le 15 décembre dernier, le président de la Polynésie française a présidé le comité de suivi annuel de la coopération entre l’Union européenne (UE) et la Polynésie française (PF) qui réunit l’ensemble des partenaires de cette coopération, en présence notamment de l’ambassadeur de l’Union européenne pour le Pacifique, du haut-commissaire de la République en Polynésie française et du président de l’Assemblée de Polynésie française.

Après des échanges nourris entre les participants portant plus particulièrement sur les perspectives de coopération dans le cadre du 11ème Fonds Européen de Développement (FED), que le gouvernement a décidé de concentrer au niveau territorial sur le secteur du tourisme, à hauteur de 3,6 milliards Fcfp sur la période 2014-2020, le rapport annuel d’exécution de la coopération UE-PF pour l’année 2015 a été approuvé à l’unanimité.

Le conseil des ministres a validé d’une part le compte-rendu de la séance du 15 décembre et d’autre part le calendrier d’élaboration du rapport annuel d’exécution pour l’année 2016 avec l’objectif de tenir la réunion ad hoc avant la fin du 1er semestre 2017.

Etat de calamité naturelle à Faa’a et dans des îles des Tuamotu pour les intempéries du 17 février

De fortes intempéries se sont abattues sur la commune de Faa’a, dans l’archipel des îles de la Société, et sur les communes de Arutua, Fakarava, Hao, Hikueru, Makemo, Manihi et Takaroa, dans l’archipel des Tuamotu le vendredi 17 février.

Ce phénomène météorologique exceptionnel a provoqué des crues, des inondations et des dégâts causés aux habitations. Le Conseil des ministres a donc en conséquence pris un arrêté constatant l’état de calamité naturelle pour ces communes pour le 17 février.

L’amélioration de l’emploi favorise la reprise de la consommation des ménages

Dans sa publication Te Avei’a du 6 mars, l’Institut de la statistique de la Polynésie française observe que l’amélioration de l’emploi favorise la reprise de la consommation des ménages au troisième trimestre 2016, dans un contexte de prix en baisse. Les volumes de produits alimentaires, de biens de consommation, ainsi que le nombre de voitures de tourisme importées progressent (+13% nouvelles immatriculations sur un an). Les données financières illustrent une consolidation de la consommation des ménages.

Dans un contexte de croissance ralentie du commerce mondial, les exportations des produits locaux sont en baisse par rapport à 2015, à l’exception du coprah. Les exportations de services sont pour leur part à la hausse. La fréquentation touristique cumulée à fin septembre 2016 augmente ainsi de 7% sur un an. L’hôtellerie internationale profite de cette hausse de la fréquentation, avec un coefficient moyen de remplissage de 68,3% (+ 4,5 points sur un an) et une progression de 6% du nombre de chambres vendues.

Le chiffre d’affaires cumulé des entreprises à fin septembre 2016 augmente de 2,1% sur un an, et enregistre une hausse dans le secteur tertiaire et l’industrie (+2,7% et +0,8% respectivement) et une baisse dans le BTP et le secteur primaire (4,6% et 6%).

L’augmentation des effectifs salariés suit la reprise du chiffre d’affaires des entreprises : 1000 salariés supplémentaires sont déclarés en septembre 2016 par rapport à septembre 2015. Les principaux secteurs ayant contribué à la création d’emplois sont l’hébergement et la restauration pour 218 emplois, le secteur du commerce pour 174 emplois et le secteur du transport pour 151 emplois.

Création d’un comité de pilotage « Le Village Tahitien – The Tahitian Village »

Le conseil des ministres a validé la création d’un comité de pilotage « Village touristique de Tahiti ». Ce comité de pilotage a pour objectif de piloter la mise en œuvre des premiers travaux d’aménagement et viabilisation du site touristique d’Outumaoro à Punauaaia, renommé « Le Village Tahitien – The Tahitian Village ». Cette instance se réunira, selon une fréquence soutenue, afin de permettre au Gouvernement d’avoir une visibilité précise de l’avancement des travaux et de réaliser les arbitrages nécessaires à la bonne conduite du projet.

Ce comité sera piloté par le président de la Polynésie française et animé par le vice-président de la Polynésie française. Il sera composé des ministères concernés par le développement de ce projet (foncier, tourisme, équipement et environnement). Une présentation du nouveau plan d’action de ce projet touristique fera l’objet d’une communication à l’issue de la tenue du premier comité de pilotage dans les prochains jours.

Appel à candidatures pour les fonctions d’huissier de justice à Moorea

L’office d’huissier de justice de Moorea-Maiao ayant été supprimé, l’ouverture d’un bureau annexe sis à Moorea a simultanément été proposée par arrêté du Conseil des ministres le 8 décembre dernier avec lancement d’un appel à candidatures des offices d’huissier de justice. Le Conseil des ministres a fixé au 15 avril 2017 la date de clôture de cet appel à candidatures

Présentation de la mission d’accompagnement de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) sur le projet de Tahiti Mahana Beach

Suite à la déclaration sans suite dans le cadre de l’AMI (Appel à manifestation d’intérêt) du projet « Tahiti Mahana Beach », le Gouvernement a missionné la CDC pour développer une nouvelle réflexion stratégique dans la gouvernance et le management de ce projet.

Une présentation de cette étude a été réalisée à Paris le 5 octobre dernier à la CDC, en présence d’une délégation gouvernementale, conduite par le président et le vice-président.

Une mission complémentaire a été demandée à la CDC afin d’approfondir ses premières analyses qui s’intégrerait dans la convention cadre en cours de négociation entre le Polynésie française et la CDC.

Lancement des études relatives à la révision du plan général d’aménagement de la commune de Huahine

Le plan général d’aménagement de la commune de Huahine a été mis en application par un arrêté du 29 avril 2010. Des demandes issues de particuliers ou d’investisseurs ont amené le conseil municipal à souhaiter réviser les actuels documents.

Après plusieurs réunions de travail entre le service de l’urbanisme et la commune, il a été décidé d’activer la procédure sur la base d’un calendrier devant permettre l’aboutissement du dossier dans les 18 mois.

Une réunion de travail organisée le 14 février dernier avec le maire et le directeur général des services a permis de convenir d’une liste des personnalités que le maire souhaite associer à ce travail au travers de la commission locale d’aménagement.

A l’issue de cette réunion, il a été décidé de procéder à la mise en révision de l’actuel P.G.A., les études étant confiées au service de l’urbanisme qui désignera en son sein le chef de projet conformément au souhait du maire.

La création par le Conseil des ministres de la commission locale d’aménagement chargée de réviser les documents existants permet de lancer formellement les travaux de révision du PGA de Huahine.

Nomination de trois membres du collège d’experts fonciers au titre des personnalités

Le « collège des experts en matière foncière » est composé de personnalités ayant acquis une compétence particulière en matière foncière, pouvant être consulté par le Président de la Polynésie française, le président de l’Assemblée de la Polynésie française ou le haut-commissaire de la République sur toute question relative à la propriété foncière en Polynésie française.

Il comprend neuf membres :

– six membres de droit (bâtonnier de l’ordre des avocats de Papeete, président de la chambre des notaires, président du conseil de l’ordre des géomètres, responsable de la division du cadastre, conservateur des hypothèques, chef du service de l’urbanisme ou leurs représentants) ;

– et trois membres nommés par l’Assemblée de la Polynésie française pour une durée de trois ans, à savoir une personnalité désignée sur une liste proposée par le Conseil des ministres, un enseignant-chercheur désigné sur une liste proposée par le président de l’université de la Polynésie française et un chercheur désigné sur une liste proposée par le ministre en charge de la recherche.

Le dernier mandat de trois ans des membres nommés par l’Assemblée de la Polynésie française étant expiré, aussi il convient de procéder à de nouvelles désignations.

Conditions d’importation des lapins domestiques

L’importation de lapins domestiques en Polynésie française est régie par la Loi du pays du 6 mai 2013 et l’arrêté du 27 juin 2014.

L’évolution récente de la maladie hémorragique du lapin, tant d’un point de vue géographique qu’épidémiologique, nécessite des contrôles renforcés pour protéger la Polynésie française face, notamment, aux risques d’introduction d’animaux infectés transitant par des pays indemnes.

A cette fin, la nouvelle réglementation instaure un test sanguin afin de vérifier que les animaux n’ont jamais eu de contact avec ce virus et ne gardent aucune trace sérologique d’une éventuelle vaccination.

Manifestations relatives à la Journée internationale des femmes le 8 mars

La journée de la femme, célébrée en Polynésie française depuis 1983, est traditionnellement marquée par un grand rassemblement populaire féminin. Depuis 2015, l’accent est mis sur la transmission de messages d’égalité et d’équité aux jeunes générations. Pour l’édition 2017, deux actions majeures sont menées par le Pays.

  • Une journée mère/fille au Collège Maco Tevane

La journée internationale des femmes sera l’occasion pour les élèves et une figure maternelle de leur famille de participer dans l’enceinte du collège à des ateliers et activités en petits groupes (généalogie, santé et bien-être, métiers, exposition d’art numérique). En parallèle, des activités plus ludiques seront également mises en place par le collège Maco Tevane (Calligraphie, origami, football féminin, zumba).

  • La participation de l’administration à la Tahitienne

Dans le cadre de la démarche initiée par le Président pour une administration active, la course « la Tahitienne » est le premier événement inscrit par le groupe projet afin de mobiliser les agents de l’administration autour d’un parcours santé. La course se déroulera le samedi 11 mars à la mairie de Pirae et l’équipe de l’administration doit relever le défi de 500 participantes.

Au-delà de ces deux projets, certaines associations et communes ont également pris l’initiative de mener des actions de proximité durant cette journée :

  • Le conseil des femmes : une journée d’information et d’expositions/ventes à l’Assemblée de la Polynésie française le 8 mars ;

  • L’association « Ia vai ma noa Bora-Bora » : des stands de relaxation et de bien être offerts aux femmes à Matira le mercredi 8 mars ;

  • L’association « Te haka o te tau maui » : un rassemblement des femmes des vallées de Fatu-Hiva (Hanavave et Omoa) du 10 au 11 mars ;

  • Le club soroptimist : organisation d’un concert le 10 mars à 19h30 à la mairie de Pirae ;

  • La commune de Huahine : organisation d’un rassemblement de femmes à Fare.

Mise en œuvre du projet de l’administration active pour la santé des salariés

Le président de la Polynésie française lance la démarche d’une Administration Active pour la santé de ses salariés en 2017, en se saisissant de l’impérieux besoin de maîtriser les dépenses de santé et d’agir dans la prévention des maladies de surcharge.

En effet, 44 % de la population sont des actifs entre 18 et 64 ans ayant un emploi. Ceux-ci ne sont pas épargnés par les taux élevés d’obésité et de maladies chroniques, dont les facteurs de risques majeurs sont les mauvaises habitudes alimentaires, le tabac, l’alcool, la sédentarité, le stress. Ainsi promouvoir la santé au travail peut constituer un levier pour améliorer durablement la santé, prévenir les risques et participer plus globalement au bien-être des personnes. Des effets positifs peuvent se produire sur la performance et la cohésion des services ou la bonne gestion des ressources humaines.

L’action en 2017 pour l’ensemble des services et établissements publics, s’appuie sur la démarche initiée depuis 2015 de la Charte des Entreprises Actives pour la santé de leurs salariés qui compte aujourd’hui 13 signataires. Les services de l’Etat et des communes y seront aussi associés.

Un grand nombre d’actions a été mise en place par les entreprises membres, en lien avec une alimentation saine, l’activité physique ou encore l’éducation à la santé des salariés. De nouvelles initiatives voient le jour comme des projets d’amélioration d’espaces pour de meilleures pratiques alimentaires, d’équipements sportifs sur les lieux de travail, la création d’évènements sportifs intra et inter-entreprises par les comités de santé ou des activités adaptées de remise en forme.

Un groupe projet, coordonné par la Direction de la modernisation et des réformes administratives (DMRA) avec l’appui de la Direction de la santé, vient d’être mis en place. Il mènera un état des lieux et une large mobilisation des directeurs et chefs de service. D’ores et déjà, un premier défi est lancé pour mobiliser au moins 500 femmes à la course la Tahitienne pour la lutte contre le cancer, le 11 mars. Dès le mois de mai, un plan d’action pour une Administration Active sera proposé pour promouvoir la santé et le bien-être, un objectif prioritaire de la politique de santé du Pays.

Comité de pilotage « Santé, Prévention, Séniors, Dépendance – Handicap »

Avant d’aller plus avant dans la mise en œuvre des orientations stratégiques de la politique sanitaire et des axes de réforme préconisés par le Schéma d’organisation sanitaire adopté l’an dernier par l’Assemblée de la Polynésie française, le ministre en charge de la santé a souhaité qu’elles soient soumises à des représentants de la société civile pour recueillir leur avis.

106 personnes issues de milieux différents ont participé à des ateliers le jeudi 23 février. Y étaient abordées, dans un contexte de réforme impérieuse de la PSG (Protection sociale généralisée), des questions relatives à la gouvernance et à la gestion de la politique de santé et de la protection sociale, aux séniors (retraite) et au financement de la PSG. Ils ont également étudié les propositions existantes dans les domaines de la prévention, de l’accès aux soins, de la longue maladie et de la dépendance.

Après des débats durant lesquels les participants aux ateliers ont approfondi plusieurs axes, et arrêté des priorités telles que la création d’un guichet unique pour les personnes vulnérables ou la révision de la carte sanitaire, ils ont surtout insisté sur la nécessité de moderniser la gouvernance de la PSG et de lui assurer un financement solidaire, juste et pérenne, essentiels à la survie de la protection sociale.

Point de situation relatif au bâtiment dit « Centre 15 »

Le bâtiment dit « Centre 15 » a été édifié sur fonds propres par l’établissement public Tahiti nui aménagement et développement (TNAD) sur terrain domanial affecté. Il était destiné à accueillir un centre de réception et de traitement des appels à vocation multiple (15 (SAMU) / 18 (pompiers) / ligne d’urgence sociale), les locaux administratifs et techniques associés ainsi que le centre de formation aux soins d’urgence (CESU).

Le programme a été établi en 2005 et le bâti livré en 2011, le certificat de conformité ayant été délivré en 2014. Le CHPF a occupé le Centre 15 à partir de 2012, puis a ensuite été rétrocédé au Pays et affecté à la Direction de la santé.

Aucun désordre n’a été constaté dans le bâti hormis quelques infiltrations lors de fortes pluies, partiellement traitées par le service technique de l’établissement. En 2015, le CHPF a reçu en affectation directe une partie du site aux fins de passer convention avec les associations Apair et Apurad pour l’aménagement d’espaces administratifs et médicaux au rez-de-chaussée de la rotonde et la construction d’une unité de dialyse médicalisée en toiture de la partie administrative du site.

Les travaux ont débuté au dernier trimestre 2016 et les associations ont commandité un certain nombre de prélèvements de béton sur les poutres et les poteaux de la rotonde afin de valider leurs calculs structurels.

Les valeurs obtenues étaient très significativement différentes de celles indiquées dans le dossier technique communiqué par TNAD, obtenues durant la construction et lors de prélèvements réalisés en 2009 et 2012. Ceci a amené les associations à suspendre le chantier et à commanditer de nouvelles analyses.

Le directeur du Centre hospitalier de la Polynésie française a donc légitimement décidé, en application du principe de précaution, d’ordonner l’évacuation du bâtiment. Les transferts de personnel ont débuté le jeudi 2 mars et devraient s’achever avant le vendredi 10 mars au plus tard.

Les assureurs du maître d’ouvrage, TNAD, ont été saisis, ainsi qu’un bureau d’études mandaté pour organiser une expertise complète et faire les recommandations nécessaires pour la consolidation du bâti.

Construction du centre médical et dentaire de Maupiti

La Direction de la santé des îles Sous-le-Vent projette de construire un nouveau centre médical et dentaire qui inclura trois logements de fonction et l’aménagement de places de stationnement à Maupiti. L’ancien établissement a été démoli car il n’était plus aux normes de sécurité et d’hygiène. Une structure légère à ossature métallique a été mise en place le temps nécessaire à la construction d’un nouvel établissement.

Le Conseil des ministres a approuvé le projet d’arrêté présenté par le ministre de l’Equipement et des transports intérieurs déclarant d’utilité publique la construction du nouveau centre.

Protection du littoral de la RT2 au PK 15 à Papenoo

La zone littorale du site de Faaripo situé au Pk 15, dans la commune associée de Papenoo, est régulièrement attaquée par la houle et la pérennité des ouvrages qui soutiennent la route de ceinture peut être mise à défaut.

Il est projeté de réaliser des travaux de stabilisation et de protection du littorale contre l’érosion maritime. Le Conseil des ministres a ordonné l’ouverture des enquêtes préalables à la déclaration d’utilité publique du projet.

Attribution des sièges aux organisations syndicales au sein du Conseil supérieur de la fonction publique

Le Conseil des ministres a procédé à la nomination des représentants du personnel au conseil supérieur de la fonction publique. En effet, le mandat des membres en exercice arrivant à son terme et, suite au scrutin du 30 novembre 2016 visant le renouvellement des représentants du personnel aux commissions administratives paritaires, il convenait de procéder à une nouvelle répartition des sièges au sein du conseil supérieur de la fonction publique.

Ainsi, la répartition des six sièges réservés à la représentation du personnel au sein dudit organisme consultatif s’effectue entre les trois organisations syndicales suivantes :

  • la confédération A Tia I Mua, à raison de deux sièges ;

  • la confédération des syndicats des travailleurs de Polynésie – Force ouvrière (CSTP-FO), à raison de trois sièges ;

  • et le syndicat de la fonction publique, à raison d’un siège.

Championnat du monde scolaire de beach volley et comité exécutif de l’International school sport federation

Le conseil des ministres a octroyé une subvention exceptionnelle de fonctionnement d’un montant de 12 000 000 Fcfp à l’Union du sport scolaire polynésien pour la mise en place du championnat du monde scolaire de beach volley 2017.

Le Conseil des ministres a en outre attribué une subvention exceptionnelle de fonctionnement de 7 000 000 Fcfp pour l’organisation du comité exécutif de l’International school sport federation.

Créée en 1962, l’association Union du sport scolaire polynésien (USSP) a pour objet de fédérer les associations sportives publiques ou privées des établissements d’enseignement du second degré de Polynésie française, en prolongement des objectifs généraux de l’éducation physique et sportive dispensée pendant les heures scolaires obligatoires.

En outre, elle a pour mission d’assurer et de favoriser l’organisation des rencontres sportives internationales et des championnats de districts, inter-districts, inter-archipels, permettant la participation la plus massive et la plus durable de ses licenciés, à leur meilleur niveau respectif, tout au long de l’année scolaire. L’association assure également la promotion des activités culturelles et des épreuves sportives ouvertes aux établissements d’enseignements du second degré publics ou privés.

Subventions pour le sport dans des établissements scolaires

Sur proposition de la ministre de l’Education, le conseil des ministres a pris deux d’arrêtés approuvant l’attribution de subventions de fonctionnement en faveur des établissements publics d’enseignement de la Polynésie française, collèges et lycées, pour le financement de deux opérations.

Ces opérations sont la mise en place du dispositif éducatif d’aide de prévention, pour un montant de 48 millions Fcfp, et la mise en place d’une surveillance de baignade en milieu lagonaire pour un montant de 5 millions Fcfp, ces deux actions étant programmées sur le premier semestre 2017.

Camp rupture à Mataiva pour les adolescents

Une nouvelle initiative d’intégration, en direction de la jeunesse, intitulée « Camp Chantier Adolescents » (CCA), proposée conjointement par les ministères en charge du Travail et de la formation professionnelle, de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, est désormais opérationnelle.

Le Pays entend ainsi, par ce dispositif, promouvoir une réelle égalité des chances des jeunes, accompagner les jeunes dans un parcours vers l’autonomie, mais aussi encourager et valoriser l’engagement citoyen.

Le C.C.A., qui s’adresse aux jeunes de 15 à 17 ans et domiciliés à Tahiti et Moorea, a été mis en œuvre pour la première fois par l’Union Polynésienne pour la Jeunesse (UPJ) du 14 novembre au 4 décembre 2016. Il s’agissait notamment de créer une rupture avec le quotidien et prendre le temps de se poser, de s’interroger sur ce que l’on souhaite faire de sa vie, de prendre confiance en soi en se prouvant que l’on peut faire quelque chose d’utile pour les autres, ou encore de donner envie de se prendre en main, de vivre une expérience positive en collectivité, et de partager et échanger sur des valeurs.

La finalité de ce dispositif est de préparer le jeune à devenir acteur de sa vie soit en s’investissant notamment dans projet socioprofessionnel après son séjour en CCA, soit en reprenant l’école.

L’UPJ a ainsi orchestré en partenariat avec la Direction des Affaires Sociales (DAS) et la Direction de la Jeunesse et des Sports (DJS), la mise en place du séjour éducatif de 3 semaines sur l’île de Mataiva, pour 21 jeunes, identifiés par les circonscriptions sociales de Paea, Punaauia, Pirae, Arue et Moorea ou par la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ). Les jeunes venaient de quartiers difficiles, défavorisés, étaient parfois victimes de violence, en proie à des problèmes sanitaires, des carences affectives, ou encore à la déscolarisation. Cette expérimentation traduit toute la volonté politique du Pays d’accompagner les jeunes en difficulté.

Convention de maîtrise d’ouvrage pour la réalisation d’une salle multifonctions sur le site de l’ancien hôpital de Mamao

Le conseil des ministres a examiné un projet d’arrêté pour le lancement des études préliminaires en vue de la réalisation d’une salle multifonctions sur l’emprise foncière de l’ancien hôpital de Mamao.

Cet ouvrage répond aux besoins de la collectivité qui souhaite s’équiper d’une infrastructure aux normes actuelles pouvant accueillir des manifestations sportives, des concerts et expositions dans une salle couverte.

Il a été décidé de confier, par voie conventionnelle, la maîtrise d’ouvrage déléguée de cette opération à Tahiti Nui Aménagement et Développement (TNAD). Dans un premier temps, des études de faisabilité (analyses techniques, urbanistiques et environnementales) vont ainsi être réalisées sur l’emprise foncière de l’ancien hôpital de Mamao.

Bilan de la 14ème édition du Festival International du Film documentaire Océanien

La 14ème édition du Festival International du Film documentaire Océanien (FIFO) s’est déroulé du 4 au 12 février 2017 et a été comme les années précédentes un véritable succès, aussi bien pour les professionnels de l’audiovisuel que pour le public, qui a une fois de plus plébiscité l’événement.

Le président du Jury de cette 14ème édition était Stéphane Martin, président du musée Quai Branly – Jacques Chirac. Il était accompagné de Michel Kops, ancien directeur régional de Polynésie 1ère, de Sacha Wolff, cinéaste réalisateur du film Mercenaire, de Haunui Royal, producteur et réalisateur, ancien directeur des programmes de Māori Television, de Lisette Marie Flanary, productrice, réalisatrice et enseignante à l’Université de Hawaii à Manoa, d’Heia Parau, journaliste, responsable du patrimoine audiovisuel de Polynésie 1ère et de Chantal T. Spitz, écrivaine, essayiste, et auteure.

Quatorze films documentaires ont été présentés en compétition pour les prix du jury (dont 1 film polynésien), seize films dans la catégorie hors compétition, et dix autres dans les écrans océaniens (dont 4 films polynésiens). Enfin treize courts-métrages de fiction (dont 3 films polynésiens) ont concouru pour le prix du meilleur court-métrage océanien.

« The opposition », réalisé par Hollie Fifer  (AUS) a remporté le Grand Prix du FIFO – France Télévisions. « Mele Murals » réalisé par Tadashi Nakamura  (HAW) a remporté le 1er prix spécial du Jury. Le 2ème prix spécial a été attribué ex-aequo à « How Bizarre, the story of an Otara Millionnaire » réalisé par Stuart Page (NZ) et « Zach’s Ceremony », réalisé par Aaron Petersen et (AUS). Le prix du public a été attribué à « Alors On danse » réalisé par Jacques Navarro-Rovira et produit par Oceania films, Beau Geste et Polynésie 1ère. La sélection de ce jury traduit un regard porté sur les peuples d’Océanie, leurs valeurs, leurs traditions, leur identité avec une vision particulière portée par la jeunesse océanienne et ses questionnements identitaires.

Ont également été décernés le prix du meilleur court métrage océanien, à « Je ne pleurerai plus » (CAL), le Prix Okeanos à « Fading Sands » (AUS) et le prix du marathon d’écriture à Cybèle Raybaud pour son scénario Femme malgré lui. Elle a reçu un billet d’avion pour la destination de son choix offert par Air Tahiti Nui.

Comme chaque année le programme du festival a été extrêmement dense, avec 6 ateliers gratuits proposés au grand public et aux scolaires, des conférences et des rencontres avec les réalisateurs. Au total 28 000 entrées aux projections ont été comptabilisées sur les 6 jours de projections, dont 5 400 élèves du secondaire sur 3 journées destinées aux scolaires.

Le Colloque des Télévisions a permis aux professionnels des télévisions de la région d’aborder les thématiques suivantes : « Le numérique dans les programmes documentaires, l’exemple de génération What », «  les séries télévisées » et « les Mini jeux du Pacifique 2017 au Vanuatu » puis « le Championnat du Monde de Va’a 2017 ». On notera pour cette année la participation exceptionnelle de Delphine Ernotte, Présidente de France Télévisions.

Le Pitch dating a été une fois de plus un beau succès, avec 23 participants qui ont pu présenter aux professionnels leurs projets audiovisuels. Il convient de souligner que le Grand prix 2017 ainsi que le Prix du Public 2017 ont tous les deux été pitchés au FIFO lors des éditions précédentes, ce qui démontre une fois de plus la pertinence de cette rencontre professionnelle.

Pour suivre le festival, un voyage de presse a été organisé pour 4 médias métropolitains, en partenariat avec France Télévision et Tahiti Tourisme, avec des retombées déjà perceptibles puisque Télérama et le Blog documentaire ont mis à l’honneur le festival, avec notamment la mise en avant du film polynésien « Alors on danse » disponible en streaming depuis le site de Télérama.

Enfin, en marge de ces rencontres, l’union des festivals océaniens, le Padisa, dont le FIFO est membre fondateur, s’est réuni à 3 reprises pour évoquer les coopérations régionales entre ses différentes entités, afin notamment de faciliter la diffusion des films sélectionnés dans la région.

Le personnel de Te Fare Tauhiti Nui – Maison de la Culture, partenaire institutionnel du FIFO, a été mobilisé pour assurer la parfaite coordination de l’événement et a participé au succès de la manifestation. Au travers du SCAN, le Pays a contribué à hauteur de 10 millions Fcfp au financement de cette 14ème édition.

Entre avril et septembre 2017, les films du FIFO voyageront dans les archipels pour une nouvelle édition du ‘Hors les murs’ qui permet à la population des îles de découvrir gratuitement le meilleur de la sélection du FIFO. Par ailleurs, des projections sont d’ores et déjà prévues à l’île de Pâques et en métropole dans le courant de l’année.

Depuis sa première édition en 2004, le FIFO s’est imposé comme le rendez-vous incontournable du film documentaire de l’Océanie. Seul festival de la région à rassembler les professionnels francophones et anglophones, il est aussi une fenêtre ouverte sur la richesse et la diversité des pays et des peuples océaniens. Le succès de cette 14ème édition témoigne une fois de plus de l’engouement du public polynésien pour la manifestation, et de la vivacité de la production locale.

Calendrier des manifestation artisanales pour l’année 2017

Dans le cadre de la promotion de l’artisanat et afin d’assurer une meilleure gestion des deniers publics, un recensement des manifestations artisanales, au titre de l’exercice 2017, a été établi auprès de comités, fédérations et associations artisanaux, organisateurs d’évènements.

Sont retenus, dans un souci d’équité pour l’ensemble des archipels de la Polynésie française :

  • Les évènements organisés par les regroupements d’associations ayant un logo qui font l’objet de travaux en vue d’une labellisation :

    • la fédération artisanale « Te Tuhuka E te Henua Enana » pour les salons des îles Marquises, regroupant des artisans habitant essentiellement dans l’archipel des Marquises ;

    • l’association « Te Api Nui » pour le salon du Tifaifai, œuvrant pour la protection des couvertures dites Tifaifai et ses dérivés ;

    • le Comité des expositions artisanales des îles Australes (COEAA) pour le salon des Australes, regroupant des artisans issus de l’archipel des Australes et dont la production est essentiellement issue des matières premières locales provenant de leurs îles ;

-Les manifestations ayant une activité d’intérêt général pour la collectivité en favorisant les échanges inter-îles et en générant des retombées économiques immédiates :

    • l’exposition du Heiva Rima’i ;

    • les salons des fêtes des mères et de Noël ;

    • les déplacements des artisans vers les îles ;

  • l’archipel des Tuamotu-Gambier,

  • Les manifestations organisées dans un centre artisanal afin de promouvoir le lieu d’expositions permanent mis à la disposition des artisans :

    • les semaines polynésiennes de la fédération Faaa Te Rima Vea Vea.

  • Les évènements prévoyant la promotion de l’artisanat par le biais d’établissements publics ou de sociétés privées :

    • le Festival du Uru organisé par la Chambre d’Agriculture et de Pêche lagonaire ;

    • la Tahiti Fashion Week organisé par l’association Pito Pito ;

    • la semaine de la Vanille organisée par l’EPIC Vanille ;

    • le Hura Tapairu organisé par Te Fare Tauhiti Nui – Maison de la culture.

Enfin, un festival international du Tifaifai sera organisé au mois d’octobre 2017 à Tahiti. Il a pour objectif de démontrer l’importance et le mérite des artisans qui œuvrent dans ce domaine et d’en sauvegarder le savoir-faire ancestral pour continuer le partage des connaissances en faveur des générations futures.

Le calendrier officiel défini pour l’année 2017 prévoit donc 22 manifestations en laissant une large place aux archipels éloignés. 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close