Condition féminine : Tea Frogier rencontre Pascale Boistard

La ministre du Travail, des Solidarités et de la Condition féminine, Tea Frogier, a été reçue, jeudi matin, à Paris, par la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes, Pascale Boistard.

Les discussions de près d’une heure ont porté sur les politiques de lutte contre les violences faites aux femmes mais aussi sur le rôle joué par les femmes pour lutter contre le changement climatique.

« Madame Boistard nous a fait une proposition que l’on ne peut refuser : la participation de femmes polynésiennes à la COP 21, lors de la journée ‘ genre et climat ’ qui aura lieu pendant la deuxième semaine de l’évènement », s’est réjoui Tea Frogier à l’issue de l’entretien. « Les femmes sont souvent les premières à détenir les outils pour lutter contre le changement climatique. La Polynésie française a un rôle à jouer sur ces questions », a pour sa part souligné Pascale Boistard.

Lutte contre les violences faites aux femmes

Les cabinets des deux ministres travailleront dès le retour de Tea Frogier à Tahiti sur les actions polynésiennes qui pourraient être déclinées lors de la journée « genre et climat ».

Celles-ci s’ajouteront à la déclaration politique qui sera portée lors de la COP 21 par le Polynesian leaders group (PLG), qui se réunira en juillet à Papeete, à l’invitation du président du Pays. De manière plus générale, Tea Frogier et Pascale Boistard ont évoqué les dossiers et orientations relatives aux droits de la femme et, en particulier, à la lutte contre les violences faites aux femmes.

Lancement d’une Enquête Virage en Outre-mer

La secrétaire d’Etat a annoncé le lancement, en collaboration avec George Pau-Langevin, d’une Enquête Virage (Violence et Rapport de Genre) dans les collectivités ultramarines, visant à ré-analyser les causes des différentes violences faites aux femmes en Outre-mer, et développer des outils de lutte adaptés. « C’est un investissement budgétaire que nous avons choisi politiquement de faire, car l’un de nos premiers combats, c’est de lutter contre les violences faites aux femmes. Les femmes ont le droit d’être partout où elles le souhaitent et quand elles le souhaitent, et en sécurité », a insisté Pascale Boistard.

Source: présidence

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close