Connaître, vivre et transmettre la mer dans les écoles marquisiennes

 

Dans le cadre d’une mission d’accompagnement et de redynamisation des aires marines éducatives des Marquises, des présentations sur le patrimoine naturel et culturel marin ont été faites dans huit écoles marquisiennes du 26 février au 7 mars derniers.

C’est à cette occasion que la Direction Générale de l’Education et des Enseignement (DGEE) sous couvert du ministère de l’Education, de la jeunesse et des sports, en charge de l’enseignement supérieur, l’Agence française pour la Biodiversité (AFB), la fédération culturelle et environnementale Motu Haka et le patrouilleur Arago de la Marine nationale se sont associés pour ce projet de sensibilisation et d’éducation au développement durable. Des élèves qui connaissent et protègent la mer, c’est le souhait et la volonté de tous ces partenaires.

Pour mémoire, les aires marines éducatives ont vu le jour sur l’île de Tahuata en 2013 et ont donné naissance au réseau pilote baptisé Pukatai. La Polynésie française a depuis structuré le concept pour en faire un label. Cette formule permet une grande liberté aux écoles quant aux actions qu’elles souhaitent développer. L’extension de ce concept a commencé au mois d’août dernier avec les candidatures de sept autres écoles polynésiennes. En parallèle, un programme national pilote est en phase de lancement depuis la rentrée scolaire 2016-2017. Il s’agit d’un réseau de huit nouvelles écoles (4 en métropole et 4 dans les outre-mers.)

L’objectif pédagogique recherché est de faire l’école autrement et repose sur trois piliers : connaître, vivre et transmettre la mer.

Diverses actions permettent aux élèves à la fois de découvrir le milieu marin marquisien mais également de participer concrètement à une mission d’intérêt général : la protection de l’environnement et la transmission de ce patrimoine et de ses valeurs aux générations futures grâce à des actions de gestion de l’espace maritime et littoral. Des actions aussi diverses que des rencontres avec les scientifiques sont prévues mais également des actions de sensibilisation des touristes qui viennent dans leur baie par bateau.

La demande d’obtention du label doit émaner d’une école et être portée par des élèves. Avec l’accord de leur enseignant et du directeur de l’école, les élèves auront identifié une zone littorale maritime ou une baie qui sera l’objet de leur projet d’aire marine éducative. Ce label AME vise principalement les élèves du 3ème cycle et reste un support pédagogique pour l’enseignant. Les élèves de plusieurs écoles peuvent également se regrouper afin de gérer ensemble une même aire marine éducative. Ils devront se concerter pour prendre des décisions collégiales et s’informer des projets respectivement portés par chaque école.

La délégation a donc pu aller à la rencontre des six écoles du réseau Pukatai ainsi que des 2 autres écoles ayant répondu à l’appel à manifestation à savoir le CSP de Hakahau à Ua Pou et l’école primaire de Patoa à Nuku Hiva. Une classe de l’école de Omoa à Fatu Hiva a également eu la chance de pouvoir visiter le navire Arago. Des ateliers ont d’ailleurs été mis en place pour découvrir les différents métiers de la Marine nationale. Les aires marines éducatives doivent permettre une prise de conscience, très tôt chez l’enfant, de leur environnement et de l’importance de sa préservation.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close