Crise au Tahoeraa: les jeux sont faits

Sans surprise, le conseil politique du Tahoeraa huiraatira, convoqué jeudi soir sur les hauteurs de Erima (commune de Arue), a suivi son leader, Gaston Flosse, pour exclure les candidats « frondeurs » aux sénatoriales partielles, Nuihau Laurey, Lana Tetuanui et leurs suppléants, Michel Buillard et Teapehu Teahe.

La décision a été prise « à l’unanimité » au terme d’une réunion de crise qui se sera déroulée de 16 à 20h. Ce sont les deux seuls éléments d’information livrés à la presse qui, naturellement, n’a pas été conviée à suivre les échanges entre élus.

Seule concession faite, en guise de rattrapage: les « exclus » pourraient revenir à la maison orange s’ils consentaient, avant mardi 07 avril (midi), à revenir sur leur décision de briguer le scrutin des grands électeurs. Car le soir même, c’est le grand conseil qui tranchera définitivement sur leur sort.

Mais à l’évidence, les candidats Laurey et Tetuanui n’ont pas l’intention de s’engouffrer dans cette porte (encore) ouverte. C’est ce qu’a laissé entendre le porte-parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, sur TNTV. Il donne au journaliste deux explications: d’une part, « s’ils se présentent, c’est à la demande des maires; d’autre part, ils le feront en leur nom propre, librement et non sous l’étiquette du parti au fei ».

A ce propos, J.C Bouissou considère qu’il y a « deux poids deux mesures » dans la sanction infligée par le parti. Et de se rappeler qu’aux dernières municipales, les dissidents qui se sont présentés contre les candidats officiels du Tahoeraa, n’ont pas été exclus.

Enfin, si les candidats « pro-Fritch » maintiennent leur décision d’aller à la bataille, le 3 mai prochain, c’est aussi et surtout parce qu’ils croient en leur chance de l’emporter. En politique, en effet, il n’y a aucune place à l’improvisation! Depuis quelques semaines déjà, chacun fait le décompte de ses voix théoriques – quand bien même rien n’est acquis dans le secret de l’isoloir – et compte tenu de la place que tiennent les communes dans l’action gouvernementale, les « frondeurs » partent avec un avantage certain…

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close