Crise majoritaire: Edouard Fritch répond à Gaston Flosse

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a choisi les colonnes du quotidien La Dépêche pour répondre aux graves attaques lancées contre lui et l’ensemble du gouvernement par le chef de file de la majorité Tahoeraa, Gaston Flosse.

 

De la longue interview à paraître vendredi matin, nos confrères de la presse écrite ont retenu une phrase choc qui figure en leader à la Une: « Un jour, ça va clasher… » prédit ouvertement le chef de l’exécutif local qui, semble t-il, a tiré les leçons du passé.

Pourtant, interrogé la veille sur Polynésie 1ère, Edouard Fritch joue la carte de l’apaisement. Comme si cette simple querelle de personnes pouvait encore trouver une issue à l’amiable.

Et pour cause, le président Fritch émet le voeu que ces problèmes ne viennent empoisonner la vie du groupe orange à l’assemblée. Une majorité de 38 représentants en laquelle il dit avoir pleinement confiance pour soutenir l’action gouvernementale dans les mois et années qui viennent.

Par ailleurs, Edouard Fritch a affirmé qu’il n’avait aucun contact avec les membres de l’opposition, UPLD et A Tia Porinetia, en vue de constituer un nouveau groupe, contrairement aux propos tenus lundi soir par Gaston Flosse devant les membres du conseil politique.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close