Crise majoritaire: Marcel Tuihani juge « une mise au point indispensable »

Le président de l’assemblée de la Polynésie française, Marcel Tuihani, était dimanche soir l’invité du journal de Polynésie 1ère pour commenter l’actualité de la semaine.

 

Une actualité locale dont il a été en quelque sorte la « vedette involontaire » après sa mise en examen prononcée le 14 janvier dernier dans l’affaire dite de la « vaisselle de la présidence » mais également du fait des travaux réalisés au sein même de l’institution pour aménager le bureau de Gaston Flosse.

Fort heureusement, lui et le président-fondateur du Tahoeraa huiraatira viennent d’obtenir un assouplissement de leur contrôle judiciaire respectif; une décision du juge Stelmach qui, désormais, autorise ces deux personnages à se rencontrer librement.

Dans le prolongement, Marcel Tuihani a émis le souhait que le chef de file de la majorité renoue le dialogue avec le président du Pays, Edouard Fritch. Et de les inviter à « une mise au point indispensable » afin que les tensions retombent au sein du groupe orange dans l’hémicycle quelque peu divisé ces dernières semaines.

Interrogé sur la baisse de 600 millions de la dotation globale de fonctionnement allouée au CHPf, le président de l’APF a dit « comprendre la réaction des personnels de santé » qui craignent à terme une dégradation de la qualité et de l’offre de soins, désavouant par la même la coupe budgétaire actée par le gouvernement.

Toujours dans le domaine de la santé, Marcel Tuihani appelle l’Etat à davantage de transparence, notamment au sujet du rapport de l’Igas (relatif à la protection sociale généralisée) qui n’a toujours pas été transmis officiellement aux élus polynésiens malgré les demandes répétées de sa part au plus haut niveau.

Enfin, s’agissant du rapport relatif à un réajustement des indemnités du président de la Polynésie française – porté à l’examen des membres de la commission permanente ce mardi – Marcel Tuihani ne s’est pas clairement positionné alors que la commission législative ad-hoc a déjà rendu un avis négatif. Il s’est dit « favorable à la demande » tout en se déclarant « sensible à la situation de nombreux Polynésiens qui ont des difficultés à vivre« .

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close