Cyclone Cook en Nouvelle-Calédonie: quatre blessés et 20 000 foyers privés d’électricité

Le cyclone Cook a touché l’île principale de Nouvelle-Calédonie, lundi 10 avril à 17 heures et il poursuit sa route plus vite que prévu vers l’Australie.

 

Le centre de l’ouragan a évité de passer pile au-dessus de Nouméa. Malgré tout, en raison des fortes rafales de vents pouvant atteindre 200 km/h, des milliers de personnes ont été évacuées et recueillies en centre d’hébergement d’urgence.

Selon un premier bilan, on dénombre quatre blessés ainsi que 20 000 foyers sont privés d’électricité, notamment sur la côte est. La quasi-totalité de l’archipel a été placée en alerte maximale de niveau 2.

« Depuis Erika, la Nouvelle-Calédonie n’a pas connu de cyclone majeur, il faut donc inciter les Calédoniens à être prudents et à se protéger« , a souligné le président du gouvernement calédonien, Philippe Germain. La plupart des communes ont ouvert des centres d’hébergement, dans des salles de sports ou des foyers, à l’approche de Cook. La ville de Nouméa a déclenché son plan communal de sauvegarde. Elle organise ainsi le ramassage des résidents d’habitats précaires, environ 10.000 personnes, et des personnes ne se sentant pas en sécurité, a indiqué la municipalité dans un communiqué.

En circulant au-dessus d’ une eau de mer surchauffée, cette tempête s’est renforcée pour atteindre le stade de cyclone.

Les pluies ont été particulièrement abondante sur le sud et l’est de Grande Terre avec localement plus de 300 millimètres, engendrant crues et inondations. Ce cyclone génère aussi une puissante houle avec des vagues de 10 mètres et un risque très élevé de submersion littorale. D’ici mercredi, ce cyclone rejoindra les eaux australes plus froides et l’alerte cyclonique sera levée.

Le dernier cyclone à avoir touché la Nouvelle-Calédonie remonte à janvier 2005. Ce cyclone, baptisé « Kerry » avait alors provoqué de nombreux dégâts. En janvier 2011, la tempête tropicale « Vania » avait occasionné de fortes pluies à l’origine d’importantes inondations dans la ville de Nouméa où le vent avait soufflé jusqu’à 133 km/h.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close