Décorés de l’ordre de Tahiti Nui pour leur engagement aux côtés des personnes handicapées

A l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le 3 décembre, le président Edouard Fritch, a remis, dimanche, l’ordre de Tahiti Nui à quatre personnes oeuvrant pour les personnes handicapées.

En présence des quatre récipiendaires – Henriette Kamia, Gérald Lucas, Pia Avvenenti et Pauline Moua – le chef de l’exécutif local a prononcé une allocution que nous reproduisons ici dans son intégralité.

« Depuis 1992, la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée chaque année le 3 décembre à travers le monde. Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leurs situations particulières dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

S’appuyant sur de nombreuses décennies de travail des Nations Unies dans le domaine du handicap, la Convention relative aux droits des personnes handicapées, adoptée en 2006, a fait progresser les droits et le bien-être des personnes handicapées. Sa mise en œuvre est basée sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et d’autres cadres de développement internationaux ayant pour objectif ultime la transformation de la société vers une société durable et résiliente pour tous.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 s’engage à « ne laisser personne de côté ». Les personnes handicapées, en tant que bénéficiaires et agents du changement, peuvent accélérer le processus vers un développement inclusif et durable et promouvoir une société résiliente pour tous, y compris dans le contexte de la réduction des risques de catastrophe et de l’action humanitaire et du développement urbain. Les gouvernements, les personnes handicapées et leurs organisations représentatives, les institutions universitaires et le secteur privé doivent travailler de concert pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

Cette journée mondiale est par ailleurs l’occasion idéale de réaffirmer certains principes de base trop souvent oubliés : « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droit ». Le respect de cette dignité due à chaque personne, valide ou non, implique la reconnaissance de droits fondamentaux comme l’éducation ou l’accès au travail.

La diversité est une richesse et la journée mondiale du handicap est l’occasion de promouvoir cette richesse

C’est pourquoi, j’ai tenu à nous associer à la célébration de la journée mondiale des « personnes extraordinaires » pour exprimer la reconnaissance du Pays en faveur du dévouement de tous les bénévoles, accompagnants et aidants familiaux de personnes porteuses de handicap.

Par leurs actions soutenues, chacun d’eux à différents niveaux illustrent le modèle de société que nous voulons promouvoir.

Ce challenge gouvernemental de défendre une société polynésienne toujours plus solidaire s’illustre par une politique globale du handicap qui fait tomber les cloisons et rend possible aujourd’hui, ce qui était hier difficilement accessible :

– Le schéma de réorganisation du secteur médico-social qui redonne du sens et de la perspective à nos actions en matière d’accompagnement du handicap ;

– La nomination d’une déléguée interministérielle pour coordonner l’ensemble des actions publiques et privées contribue à fédérer les actions ;

– Le portail de l’administration qui rend l’information plus accessible ;

– L’extension de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés au secteur public qui décuple désormais leurs possibilités d’insertion dans le monde du travail ;

– Enfin, la refonte de la réglementation en faveur du handicap qui fixera une stratégie d’action pour une véritable inclusion sociale des personnes porteuses d’un handicap.

Chacune de ces actions est un jalon du projet de société « durable et résiliente pour tous » que préconise l’ONU pour cette journée mondiale à laquelle nous nous associons.

Mais nous n’en resterons pas là !

Nous sommes déterminés à continuer à faire avancer et consolider le travail de maillage que vous avez initié pour optimiser l’action publique. Ainsi, après avoir mobilisé les acteurs institutionnels et la société civile, il nous appartient d’élargir encore notre engagement collectif.

D’ailleurs, j’ai demandé au ministère des Solidarités d’examiner rapidement les possibilités pour une personne handicapée reconnue et qui bénéficie d’un emploi adapté de pouvoir à l’avenir cumuler tout ou partie de ses indemnités COTOREP avec le salaire obtenu pour son embauche.

Une société inclusive c’est évidemment et bien sûr une société accessible.

J’ai donc chargé la déléguée interministérielle au handicap d’organiser des rencontres avec la municipalité de Papeete, le ministère en charge de l’Aménagement et de l’Urbanisme et l’ensemble des acteurs concernés, afin d’élaborer un rapport présentant des solutions pour faire face au défi de l’accessibilité.

L’objectif est d’avancer de manière méthodique pour trouver des solutions adaptées pour les 13 000 personnes connues de la CTES et de la COTOREP, leurs accompagnants, mais également les personnes âgées, les femmes enceintes ou les touristes.

Une société qui prend en compte les besoins de tous ses citoyens et de ses visiteurs, en donnant la priorité aux plus vulnérables est celle que je veux préserver, pour que notre Pays continue d’être un modèle de « vivre ensemble » souvent donné en exemple.

Nous réunir aujourd’hui ne relève pas de la simple célébration d’une journée mondiale, mais traduit une ambition : celle de conduire notre fenua, l’ensemble de nos forces vives, vers une Polynésie plus inclusive. Donc, une Polynésie plus juste, une Polynésie bonne mère qui ne laisse aucun de ses enfants de côté.

****

C’est pourquoi, à travers nos futurs médaillés de l’Ordre de Tahiti Nui, j’ai tenu en cette journée mondiale du handicap à saluer, l’engagement et la générosité de tous ceux qui, comme vous, œuvrent au quotidien pour défendre les droits de tous les citoyens.

Vous représentez la Polynésie que l’on aime, celle des solidarités et je tiens à vous dire ma grande fierté de pouvoir maintenant vous distinguer.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close