Délinquance : ces 300 “petits cons” qui gâchent la vie des Calédoniens

Les dernières statistiques de la délinquance ont été communiquées lors du conseil provincial de la prévention de la délinquance (CPPD). Plus qu’inquiétants, les chiffres révèlent que la moitié des actes de délinquance de proximité sont commis par des mineurs. Sur Nouméa, ils sont 277 à avoir été mis en cause depuis le début de l’année.

La délinquance de proximité, c’est celle qui – au premier chef – gâche véritablement la vie des habitants de la Nouvelle-Calédonie et accroît d’autant le climat d’insécurité : vols à main armée, vols avec violence, cambriolages, vols à la tire, vols d’automobiles, vols de deux roues, incendies volontaires ou encore dégradations en tout genre de biens ou de matériels. Et les derniers chiffres dernièrement révélés devant les membres du CPPD par les services de police et de gendarmerie sont particulièrement inquiétants :

Une information qui n’a visiblement pas été comprise par les différents journalistes présents lors de la présentation effectués par les services de police à l’assemblée de la province Sud, puisque si Nouvelle-Calédonie 1ère n’a tout simplement pas couvert le sujet (trop compliqué ?), les Nouvelles Calédoniennes ont expliqué quant à elles dans leur édition du lendemain qu’il n’y avait « pas d’explosion » de la délinquance et que « l’état des lieux du premier semestre, dressé par les forces de l’ordre, est mitigé » (sic). Ce qui aura pour autant réussi à sortir de leur léthargie les quelques observateurs présents, ce sont en revanche les chiffres liés à la délinquance des mineurs. Car ils ne sont pas bons du tout :

Ainsi, déjà 277 mineurs ont été mis en cause depuis le début de l’année par les services de police concernant des actes touchant à cette fameuse délinquance de proximité. Durant l’année 2016, ils étaient 292 à avoir été impliqués dans ces mêmes vols, cambriolages et autres dégradations qui font l’actualité de nos week-ends. Autant dire que depuis environ trois ans, ce sont près de 300 mineurs qui réussissent année après année à être, seuls, responsables de la plupart des méfaits commis dans le Grand Nouméa.

Ces jeunes pré-adolescents ou adolescents de moins de 18 ans sont ainsi responsables de 35% des vols de voitures, de la moitié des vols avec violences, de 53% des cambriolages et de 80% des vols de 2 roues ou encore des vols à la tire. Judiciairement difficilement condamnables, ces mineurs mis en cause (et souvent appréhendés par les forces de l’ordre) ressortent généralement libres comme l’air après avoir été convoqués par le tribunal. Et si l’année dernière 7 d’entre eux avaient été écroués à la prison du Camp Est et que cette année déjà 19 mineurs l’ont aussi été, la quasi-totalité d’entre eux développent un sentiment d’immunité après quelques rappels à la loi qui semble les pousser à accroître d’année en année le nombre de leurs exactions. Les chiffres parlent en effet d’eux-mêmes : si les mineurs impliqués ne sont pas beaucoup plus nombreux chaque année (353 en 2015 et 292 en 2016), ils commettent (chacun ?) de plus en plus d’actes de délinquance. De plus, le taux d’alcoolisation ne cesse d’augmenter puisque 43% d’entre eux sont imbibés d’alcool lorsqu’ils passent à l’acte. En l’occurrence, la Nouvelle-Calédonie ne dispose pas de centre éducatif fermé et les quelques centres éducatifs ouvert (où les mineurs ne sont pas enfermés), gérés par la protection Judiciaire de l’Enfance et de la Jeunesse ont depuis longtemps montré leur limite.

1 milliard par an

Sur le territoire de la République, la célèbre ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante définit clairement la primauté de l’éducatif sur le répressif. Mesures substitutives à l’incarcération, travail d’intérêt général, mesures de réparation assorties de suivis psychologiques et ou de soins, … la panoplie des juges pour enfants fait cependant généralement l’impasse sur l’incarcération a proprement parlé. D’autant plus que la prison du Camp Est, même réaménagée, ne dispose que de 19 places dans son quartier pour mineur. C’est ainsi que bon an mal an, l’ensemble des pouvoirs publics calédoniens doivent faire face à ces 300 « petits cons » déscolarisés pour la plupart, désœuvrés et souvent désocialisés qui multiplient les exactions par bêtise, par jeu ou pour l’appât du gain. Ainsi, sur le seul exercice 2017, plus d’1 milliard de francs a déjà été injecté dans différentes actions avec un financement à hauteur de 32 % de l’Etat, de 25 % par la province Sud, et de 43 % par les communes. Ce qui fait, grosso modo, 3 millions de francs payé par le contribuable pour chaque mineur délinquant. Non compétentes en matière de maintien de l’ordre, les provinces, les communes et le gouvernement cherchent en effet à multiplier les actions (par nature éducatives) pour lutter contre certaines causes de la délinquance (alcool ou décrochage scolaire notamment). Le président du gouvernement Philippe Germain a ainsi fait savoir qu’il avait recruté un « monsieur sécurité » à cet effet, chargé désormais de tracer et de suivre les grandes lignes du plan territorial de sécurité et de lutte contre la délinquance en cours de préparation. Ancien commandant de la compagnie de Nouméa, le lieutenant-colonel Sébastien Lemoine, récemment encore à la tête de la section de recherches de Nouvelle-Calédonie, va devoir s’atteler à la tache dès le 1er septembre prochain. Sachant que la moitié de ses soucis sont causés par trois cents mineurs, pratiquement tous identifiés par les services de police. Bonne chance à lui.

Source: www.caledosphere.com: Hubert B

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close