Des résultats concrets obtenus à Paris

Sur le fond à présent, voici les résultats concrets que le président Fritch vient d’obtenir à Paris sur les principaux dossiers intéressant la Polynésie française. Tout en sachant, a t-il précisé, que « tout ne se réglera pas d’un coup de baguette magique… »

Le retour de l’Etat au guichet de financement du Régime de solidarité (RSPf) est aujourd’hui une certitude. Reste à savoir quand et moyennant quel niveau de participation ?

A en croire Edouard Fritch, deux pistes sont proposées par l’Etat. Et elles sont complémentaires.

La première, en phase d’évaluation, suggère que toutes les cotisations (maladie) patronales des fonctionnaires exerçant en Polynésie soient versées à la CPS. Ce qui serait une « solution neutre, indolore et surtout pérenne » pour la Polynésie française. Tout au moins, tant que les fonctionnaires travaillent sur le sol polynésien…, a indiqué le président.

La deuxième porte sur la facturation hospitalière des malades polynésiens évasanés dans l’hexagone avec à la clé une baisse de 30%. ce qui se traduirait par plusieurs centaines de millions de Fcfp d’économies pour la caisse polynésienne.

Le vice-président, Nuihau Laurey, accompagné du directeur de la Caisse, Régis Chang, ont pris le relais à Paris pour « entrer dans les chiffres ».

2014-10-20 CONF PRESSE PR (2)

Pour un budget global de 27 milliards de Fcfp en 2014, le RSPf accuserait un déficit de l’ordre de 5,5 à 6 milliards de Fcfp au 31 décembre. 3 milliards de Fcfp seront « épongés » par la collectivité, le reste devant incomber à l’Etat, ce qui représenterait 10% du coût de la solidarité, a précisé Edouard Fritch.

Sur ce dossier jugé prioritaire, le chef de l’exécutif espère bien conclure avant la fin de l’année. Et en attendant, il a demandé le déblocage d’une dotation exceptionnelle pour faire face à l’urgence de la situation.

Une solution est également en passe d’être trouvée pour le CRSD (Contrat de reconversion des sites de défense). C’est un vieux dossier (2009) que l’ancien vice-président sous le gouvernement Tong Sang connaît bien. Aussi, outre le blocage de Bercy, il pointe du doigt une absence de concertation dommageable entre les tavana et le Pays pour avancer main dans la main. Mais à l’initiative du gouvernement central, un amendement est en passe d’être adopté, jeudi par le Parlement, dans le cadre de l’examen du projet de loi de Finances. C’est assurément le maillon manquant dont se félicite Edouard Fritch.

Un tribunal foncier verra bien le jour en Polynésie française. En la matière, Edouard Fritch loue l’implication de la Garde des sceaux, Christiane Taubira. Qui plus est, l’Etat mettra les moyens humains et matériels pour traiter le stock de 1800 contentieux en instance. Par ailleurs, une enveloppe de 27 millions d’euros (3,5 milliards de Fcfp) va être affectée à la complète rénovation de la prison de Nuutania qui n’est pas digne de la République. Et encore moins de nos îles !…

Défiscalisation. Le Premier ministre, Manuel Valls, s’est dit prêt à la maintenir tout en la réorientant sur des projets économiques ciblés. Pourquoi pas…laisse entendre Edouard Fritch conscient des besoins d’investir dans le transport aérien (Air Tahiti Nui, Air Tahiti), le transport maritime (avec des navires qui accusent 25 à 30 ans d’ancienneté), sans oublier le tourisme.IMG_4170

En revanche, l’extension de la CSPE (Contribution au service public de l’électricité) à la Polynésie comme à la Nouvelle Calédonie paraît bien mal engagée. Et pour cause, c’est une compétence territoriale. A la différence de Wallis et Futuna qui pourrait y prétendre.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close