Deux ans après le déraillement du TGV Est, les familles veulent des réponses…

Systra, filière de la SNCF, a été mise en examen pour « blessures et homicides involontaires par maladresse, négligence et imprudence », mardi 19 décembre, dans le cadre de l’enquête sur le déraillement du TGV Est dans le Bas-Rhin le 14 novembre 2015.

Mercredi, c’est au tour de la SNCF d’être convoquée par les juges d’instruction.

À l’époque, cette catastrophe avait été noyée dans l’actualité. Survenue au lendemain des attentats de Paris et du Stade de France, dans un pays traumatisé par les attaques terroristes, elle avait presque été oubliée. Pourtant, sur les cinquante-trois personnes à bord de la rame d’essai qui est sortie des voies, onze personnes sont mortes et quarante-deux ont été blessées. Jamais le TGV n’avait connu pareil accident mortel depuis sa mise en service en 1981.

À 243 km/h au lieu de 176 km/h maximum

À Eckwersheim, au nord de Strasbourg, chaque TGV qui passe renvoie désormais au souvenir douloureux du 14 novembre 2015. Cette petite commune de 1 400 habitants, longée par les voies du TGV Est, est marquée à jamais. Aujourd’hui, sur les lieux du drame, toutes les traces de l’accident ont disparu. Reste seulement un jardin du souvenir : 11 aiguilles de grès, symbolisant les onze personnes tuées lors du déraillement.

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close