Disparition inquiétante du président chinois d’Interpol

Une enquête pour disparition a été ouverte en France concernant Meng Hongwei, président chinois de l’organisation internationale de coopération policière Interpol, dont la famille n’a plus de nouvelles depuis son départ pour la Chine fin septembre.

La France, par la voix du ministère de l’Intérieur, a fait part vendredi de son « interrogation » sur la situation de M. Meng, 64 ans, et s’est dite « préoccupée » par des menaces reçues parallèlement par son épouse.

Jeudi soir, cette dernière a fait part à la police de Lyon, où le couple réside, de la disparition « inquiétante » de son mari, précisant ne pas avoir de ses nouvelles depuis le 25 septembre.

Quelques jours plus tôt, selon des sources concordantes, il avait rejoint la Chine en avion depuis Stockholm.

« Mme Meng indiquait également avoir récemment reçu des menaces via les réseaux sociaux et par téléphone », a ajouté le ministère.

Le parquet de Lyon, ville où le siège mondial d’Interpol est installé, a alors ouvert une enquête, confiée à la police judiciaire, un dispositif étant également mis en place pour « garantir la sécurité » de Mme Meng.

« La France s’interroge sur la situation du président d’Interpol et est préoccupée par les menaces dont son épouse a fait l’objet. Interrogées par le bureau de liaison d’Interpol à Pékin, les autorités chinoises n’ont pour l’heure pas apporté de précisions. Les échanges avec les autorités chinoises se poursuivent », a déclaré le ministère de l’Intérieur.

Selon le quotidien de Hong Kong en langue anglaise South China Morning Post, qui cite une source anonyme, Meng Hongwei fait l’objet d’une enquête dans son pays. Il a été « emmené » par les autorités « dès son atterrissage » la semaine dernière, pour des motifs encore flous, affirme vendredi le journal.

« Cette affaire concerne les autorités compétentes en France et en Chine », s’est borné à commenter Interpol dans un communiqué, soulignant que c’est l’Allemand Jürgen Stock, son secrétaire général, et non Meng Hongwei, qui est chargé de la conduite de l’organisation au quotidien.

Meng Hongwei a été élu le 10 novembre 2016 président d’Interpol, qui compte 192 pays membres, lors de sa 85e assemblée générale annuelle à Bali, en remplacement de la Française Mireille Ballestrazzi. Son mandat court jusqu’en 2020.

Source: Yahoo actualités

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close