DOB 2018: perspectives d’une croissance économique durable

Les premières discussions autour du Débat d’orientation budgétaire 2018, démarrent jeudi matin à l’assemblée de la Polynésie française.

Une journée-marathon attend ce jour-là les représentants élus convoqués par la présidente de la commission « Economie » à une séance d’explication avec le gouvernement.

Comme chaque année, depuis 2016, le DOB prend la forme d’un rapport en deux tomes dont la première partie permet d’apprécier l’environnement économique ainsi que les éléments de construction du budget primitif du Pays pour l’année prochaine; un exercice un peu particulier, il est vrai, puisqu’à l’issue du premier trimestre 2018 les Polynésiens seront appelés aux urnes dans le cadre des élections territoriales.

Toujours est-il que les échanges se dérouleront sous de bons auspices. En effet, après la confirmation d’une croissance revenue en 2015, la reprise de l’activité s’est consolidée en 2016 avec des paramètres quasiment tous au vert pour que la croissance s’installe durablement.

Cet optimisme résulte notamment d’une aisance budgétaire retrouvée. Au 31 août 2017, le gouvernement peut se féliciter du bon niveau des recettes réelles de fonctionnement, celles-ci progressant de près de 10 milliards de Fcfp par rapport à 2016. Les recettes fiscales, à elles seules, font un bond de 7,9 milliards de Fcfp contre +3,677 milliards pour les impôts et taxes indirects. Même les recettes non fiscales, produit des services du Domaine et des ventes diverses ainsi que des dotations et participations Etat, progressent de plus de deux milliards de Fcfp.

C’est sur ces bases que le gouvernement projette pour l’année prochaine la mise en place de mesures incitatives à la création d’emploi ainsi qu’à l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages. Parallèlement, précise le document du DOB, le pacte de stabilité fiscale et la baisse progressive de l’impôt sont préservés. De même, le niveau de l’emprunt (8 milliards Fcfp)  sera équivalent à celui de 2017 – politique de désendettement oblige – permettant quand même d’inscrire des crédits de paiement nouveaux à hauteur de 26 milliards Fcfp pour 2018.

Photo d’archives

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close