Du relâchement dans les comportements sexuels…

C’est une des raisons qui pourrait expliquer l’augmentation sensible des cas d’infections sexuellement transmissibles (IST) constatés ces temps-ci par les professionnels de santé.

 

Les chiffres sont révélateurs et pour le moins inquiétants. Entre 2014 et 2015, le nombre de personnes atteintes de syphilis en Polynésie française a bondi de 187%, passant de 30 à 83 cas. En 2013, aucun n’avait été décelé. Même tendance pour la bactérie chlamydia, dont les jeunes femmes de 15 à 25 ans sont les plus touchées, on en a recensé 272 en 2015 contre 136 un an auparavant.

Pour les professionnels, les causes de cette recrudescence sont multiples. Mais toutes (moins de messages de prévention, moindre utilisation de préservatifs…) débouchent sur le même constat, à savoir un relâchement dans les comportements individuels.

Et encore, il ne s’agit là que d’une photographie limitée dans la mesure où il est impossible de dépister toute la population! Quand bien même il existe dix centres de dépistage anonyme et gratuit au fenua…

Face à cette propagation des IST, comment réagir ? Si la prévention existe en milieu scolaire, peut-être convient-il de la renforcer ? Par exemple, en procédant davantage à une distribution gratuite de préservatifs dans les milieux les plus exposés, notamment chez les travestis « raerae » qui font commerce de leur corps dans le centre-ville.

Toujours est-il que les responsables de la Santé publique sont unanimes pour dire que les IST à long terme préparent le lit du VIH-SIDA.

Dans ce registre, il faut savoir que 377 personnes ont déclaré la maladie depuis 1985 au fenua, 86 sont décédés alors que 121 sont actuellement sous traitement. Les malades suivis par la Direction de la santé sont à 61% des hommes et à plus de 50% d’origine polynésienne. En dépit des succès thérapeutiques enregistrés depuis quelques années, encore faut-il rappeler que la médecine ne sait toujours pas guérir cette maladie; d’où un traitement à vie et relativement coûteux pour la collectivité.

A l’échelle mondiale enfin, force est de constater actuellement une recrudescence du nombre de cas. A ce jour, 37 millions de personnes vivent avec le VIH, 30 autre millions en sont morts depuis 1981 et on enregistre 5600 nouvelles infections chaque jour. C’est dire que la bataille est loin d’être gagnée!…

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close