Du « Street art polynésien » aux gratte-ciel de Manhattan

Fruit d’une collaboration entre ONO’U et l’OPT, le timbre « street art en Polynésie » créé au mois de mai dernier a été présenté avec succès à New-York City, au World Stamp Show 2016. Ce salon mondial de la philatélie se tient tous les dix ans aux Etats-Unis et réunit les amateurs et collectionneurs du monde entier. Ce sont près de cinq cent mille visiteurs qui s’y rendent.
C’est donc en plein cœur de Manhattan, dans le cadre du prestigieux Javits Convention Center, que le timbre de la Polynésie française a été officiellement présenté début juin à un large public venu de tous les continents.

« Notre timbre street art en Polynésie était le seul timbre street art présenté lors de cette gigantesque convention mondiale » précise Sarah Roopinia la jeune polynésienne fondatrice du festival ONO’U à Tahiti. « Il a rencontré un grand succès à New-York auprès des visiteurs et des collectionneurs dont beaucoup connaissent l’art urbain contemporain, et qui ont apprécié de voir qu’il existait un festival et un parcours street art de haut niveau international à Papeete ».le timbre ONO'U

L’équipe de l’OPT et celle d’ONO’U n’ont d’ailleurs pas manqué cette occasion pour promouvoir Tahiti auprès d’un large public américain et international. Les milliers d’amateurs de timbres qui sont venus visiter l’espace de la Polynésie française pendant une semaine au Javits Convention Center de NYC ont ainsi pu entrer en contact direct avec la destination Tahiti.

Afin d’appuyer cette action inédite de promotion de la Polynésie française à New-York, Air Tahiti Nui, partenaire d’ONO’U depuis sa création, était également partenaire officiel de l’opération aux États-Unis.Pour le choix du visuel du timbre, les responsables du festival et ceux de l’OPT avaient sélectionné parmi toutes les fresques ONO’U peintes à Papeete celle qui représente la jeune vahiné endormie dans son tifaifai rouge orné de motifs polynésiens.

« C’est l’œuvre murale qui a bénéficié en 2015 de la plus forte popularité pendant le Tahiti Festival Graffiti. Cette fresque a ensuite fait l’unanimité dans l’ensemble du réseau culturel francophone qui suit les événements ONO’U à Paris et à travers le monde » explique Jean, co-organisateur du festival, et membre du Conseil d’administration de l’Alliance Française à Paris.
Ce mur avait été peint à Papeete en mai 2015 par l’artiste parisien Julien Malland alias SETH en coopération avec l’artiste local HTJ. SETH s’était immergé dans la culture locale pour concevoir dans son style poétique cette « jeune tahitienne endormie, symbolisant l’avenir de la Polynésie et gardienne de sa culture… » expliquait l’artiste français.
Alliant la beauté de la Polynésie à la modernité du street art, cette oeuvre murale a aussi séduit les visiteurs du Salon mondial de la philatélie.

Pendant la semaine du World Stamp Show 2016 à NYC, le public a ainsi pu se rendre compte qu’il existait un festival qui réunissait à Tahiti les meilleurs « street artistes » de la planète, positionnant désormais Papeete sur la carte des capitales à visiter pour les artistes et les amateurs de street art.

Nous devrions bientôt connaître les dates du prochain festival qui se tiendra à Tahiti en octobre 2016.

Pour suivre l’actualité du festival ONO’U:

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close