Edouard Fritch à la COP 21 : « La submersion de nos îles est une violation de notre identité »

Le président Edouard Fritch s’est exprimé, mercredi au Bourget, à l’occasion de la COP 21, dans le cadre d’un événement organisé par le Conseil Economique Social et Culturel (CESC) ayant pour thème la «reconnaissance de la perte d’intégrité territoriale» des petits Etats insulaires du Pacifique. Une conférence marquée aussi par les interventions de Heremoana Mamaatuaiahutapu, ministre de la Culture et de l’Environnement, et Angelo Frébault, président du CESC.

« En l’espace de quelques semaines, Paris aura connu l’Humanité sous ce qu’elle peut offrir de pire et de meilleur », a d’emblée déclaré le président de la Polynésie française, faisant référence, tout à la fois, aux terribles attentats du 13 novembre dernier et aux travaux actuels de la COP 21.

Une COP 21 dont il veut croire qu’elle aboutisse dans dix jours à « un accord entre les puissants de cette Terre pour venir en aide aux plus vulnérables ».
Des vulnérables au premier rang desquels figurent les petits Etats du Pacifique sous la menace du réchauffement climatique. Revenant sur le thème de la conférence du jour, à savoir la perte d’intégrité de la zone maritime qui menace ces pays insulaires du Pacifique, Edouard Fritch a souligné que pour les Polynésiens, de toute la région, la diminution de la zone maritime due à une submersion des îles constituait
« une violation de notre identité » tant leur histoire et leur culture sont liées à l’Océan.

Pas d’égalité face au réchauffement climatique

Additionnées, les surfaces maritimes propres à chaque pays polynésien du Pacifique sud s’étendent sur 10 millions de km2, soit deux fois l’Europe. Une constatation qui a permis au président de la Polynésie française de souligner que ces petits territoires avaient tout de « grands pays océaniques ». Des pays dont les surfaces maritimes absorbent le CO2 des nations industrialisées quand eux-mêmes en produisent si peu. Une injustice criante.
Cette immense Océanie absorbe bien des émissions de gaz à effet de serre et produit de l’oxygène si nécessaire à l’humanité toute entière. Ces espaces maritimes méritent donc, plus que jamais d’être préservés, a martelé le président Fritch, qui a précisé que la Polynésie française bénéficiait déjà d’une reconnaissance internationale pour ses efforts en faveur de la protection de
« ces trésors de la biodiversité » à l’image de la réserve de biosphère de Fakarava.

Il n’y a donc pas d’égalité face aux effets du réchauffement climatique. Et le président de la Polynésie française n’a pas hésité à déclarer « qu’au-delà des espaces, il y a des hommes des femmes et enfants, des cadres de vie, des cultures, des langues. C’est tout un patrimoine dont l’intégrité est aujourd’hui menacée ».

La Polynésie est aussi coupable

Pour autant, la Polynésie ne se pose pas en victime. Elle assume sa part de responsabilité. Coupable, malgré elle car ayant cédé à la civilisation moderne et étant devenue trop dépendante des énergies fossiles, notamment pour les transports inter-îles. « La Polynésie est aussi coupable comme en atteste sa modeste performance au palmarès des émissions de gaz à effet de serre, 3, 4 tonnes par habitant à l’année. Le double des préconisations garantes d’un avenir climatique maîtrisé. Nous devons nous aussi, nous réveiller ! », a confié le chef de l’exécutif polynésien. Et pour cela il a préconisé que les émissions de gaz à effet de serre soient réduites de moitié.

Edouard Fritch a lancé un appel à la communauté internationale afin qu’elle prenne conscience que « la hausse du niveau marin, l’intensification des cyclones, le réchauffement sévissent de la même façon dans nos sept collectivités polynésiennes. Il y a une urgence climatique et ma demande est que, tous, nous puissions accéder au fonds vert pour le climat ».

En conclusion, le président de la Polynésie française a souhaité rappeler que « la COP 21 est un événement que je qualifierais d’altruisme intergénérationnel. C’est la première fois que les dirigeants de ce monde convergent tous vers une préoccupation partagée : le devenir de nos enfants ».

Il a aussi salué la présence d’une délégation de jeunes Polynésiens venue participer à la COY 11, la conférence des jeunes. Cette délégation lui a livré trois pistes de réflexions qu’il a jugé justes et appropriées : protéger la biodiversité, respecter la culture et promouvoir l’écocitoyenneté.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Une pensée sur “Edouard Fritch à la COP 21 : « La submersion de nos îles est une violation de notre identité »

  • 4 décembre 2015 à 20 h 24 min
    Permalink

    Mais non , ils ont ont fait pire que ça ! Non seulement ils ont fait pété leur Bombe atomique très propre dans la matrice de notre Mère Maohi Nui et nous interdire de parler notre langue dans les établissement scolaire qui se dit catholique . Ça cette une atteinte à notre culture . N'es ce pas mon ami monsieur le Président de Maohi Nui ? Sans rancune .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close