Edouard Fritch: « Je ne suis pas un magicien… »

Dans une longue interview publiée sur le site www.tahititoday.com, le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, répond point par point aux différents sujets qui font l’actualité locale.

 

De l’affaire dite de la vaisselle de la Présidence aux relations houleuses avec celui que l’on a toujours présenté comme son « père spirituel » en passant par l’action du gouvernement ou encore une possible évolution statutaire, le chef de l’exécutif local n’élude aucune question. Même si sur certains points, il reste sur sa réserve.

Mais à l’interrogation que tout le monde se pose: va t-il enfin rencontrer Gaston Flosse pour apaiser les tensions qui ont tendance à fragiliser le groupe majoritaire ? « Il faut donner du temps au temps », soutient Edouard Fritch conscient que de toute manière le président du Tahoeraa n’est actuellement pas disposé à le recevoir.

En revanche, sur ses ambitions supposées à la tête du mouvement orange, E. Fritch ne fait aucun mystère. Et de déclarer: « Je n’ai pas d’objection à ce que notre président du parti soit reconduit dans ses fonctions avec moi comme président délégué ». Cette deuxième partie de la phrase a son importance car elle montre que l’actuel numéro 2 n’a visiblement pas l’intention de se laisser « débarquer » lors du prochain congrès reporté au mois de mars. En fait, Edouard Fritch maintient ses positions, pouvant se résumer en ces termes: lui, c’est lui, moi c’est moi! Mais il se fait plus explicite encore en ajoutant: « Le président Flosse n’a été la marionnette de personne (ndlr: du temps où il était aux affaires) (…) Je voudrais qu’on en fasse de même avec moi ».

Dans son entretien avec Christine Bourne, le président du Pays s’attache surtout à démontrer que « le gouvernement travaille d’arrache-pied. Il est loin d’être immobile comme certains veulent le faire croire ». Lui, en tous cas, refuse d’endosser le costume de « magicien »! Certes, les grands chantiers (Tahiti Mahana Beach, Hao etc) tardent à démarrer mais d’autres ouvrages sont en cours (Domaine Labbé, collège de Hitiaa o Tera etc). Après tout, la nouvelle équipe est arrivée aux commandes il y a seulement quatre mois et demi…Morale de tout cela: rien ne sert de gesticuler dans tous les sens car, dit-il, « seule une action opérationnelle méthodique, efficiente, efficace  et persévérante de tous les acteurs publics et privés produira des résultats sur le terrain ».

Enfin, s’agissant d’une possible évolution institutionnelle, Edouard Fritch préfère parler d’une « modernisation » du statut de 2004 plutôt que d’une « révision ». Mais surtout, il n’y a pas d’urgence, précise t-il. Rappelons que dans les jours qui viennent, la Polynésie française recevra le président (socialiste) de la commission des lois à l’assemblée nationale, Jean-Jacques Urvoas, dans le cadre d’une mission d’évaluation des dispositions qui régissent notre autonomie dans la République.

 

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close