Edouard Fritch rencontre Laurent Fabius pour préparer la COP 21

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a été reçu lundi soir au Quai d’Orsay, par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Les discussions ont principalement porté sur la préparation de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21), qui se tiendra en décembre à Paris, et sera présidée par Laurent Fabius.

Edouard Fritch a souligné auprès du ministre des Affaires étrangères, sa volonté de placer les Polynésiens aux centres du débat et de mettre en avant la capacité de résilience du territoire.

Il a par ailleurs insisté sur l’ambition du Pays de développer les énergies renouvelables, dans l’objectif de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le président a d’autre part remercié Laurent Fabius pour le concours apporté par le ministère des Affaires étrangères, par le biais du Fonds du Pacifique, à l’organisation de la réunion du Polynesian Leaders Group (PLG), les 10 et 11 juillet prochains à Papeete, à l’invitation du président du Pays, dans la perspective de la COP 21.

Déclaration politique adressée aux 196 parties

La rencontre de haut-niveau aboutira à une déclaration politique adressée aux 196 parties, qui devront s’engager sur un accord universel contraignant, visant à limiter à 2°C les effets du dérèglement climatique.

Elle sera appuyée par des éléments scientifiques issus de travaux animés par le CRIOBE, portant sur la problématique des îles basses face au changement climatique, les risques liés à l’acidification des océans et la promotion des énergies renouvelables.

Suite à la déclaration de Lifou

La réunion du Polynesian Leaders Group s’inscrit dans la série d’évènements entamée par le président de la République, François Hollande, lors du Dialogue de haut-niveau sur le climat tenu en novembre dernier à Nouméa.

Elle fait ainsi suite notamment, à la déclaration dite de Lifou, émise fin avril, en conclusion du sommet Oceania 21.

« Nous voulons que la conférence des Nations unies à Paris proclame une révolution internationale dans la manière dont le monde fait face au changement climatique » avaient affirmé quinze pays et territoires du Pacifique Sud au terme de l’évènement.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close