Elle donne un rein à sa fille

Ce matin, à l’hôpital de Taaone, le professeur Arnaud Méjean a pratiqué la première des trois greffes de rein programmées cette semaine.

L’entrée en vigueur de la loi du Pays relative au don d’organes est encore relativement récente en Polynésie française. A peine deux ans…mais déjà nombre de Polynésiens comprennent l’intérêt de ce geste d’amour et d’assistance à personnes en souffrance.

C’est le cas de cette mère qui n’a pas hésité, de son vivant, à donner un rein à sa fille victime d’une détérioration des fonctions rénales à la suite de sa grossesse, trois ans plus tôt.

Selon le chirurgien métropolitain, invité lundi soir sur le plateau de TNTV, l’opération s’est « bien déroulée », tant pour la donneuse que pour la receveuse.

Considérant la montée en puissance des fléaux sanitaires tels que le diabète, l’hypertension artérielle et en règle générale, l’obésité, ici comme dans la plupart des pays industrialisés, ce type d’intervention est appelé à se multiplier à l’avenir. D’où un besoin de multiplier les messages de prévention parmi les population, tout en rassurant nos concitoyens sur le caractère presque anodin du don d’organes grâce aux progrès de la science.

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close