En Afrique du Sud, une petite révolution écologique qui fait doucement son chemin

« J’ai entendu à la radio qu’il y avait une conférence sur le changement climatique, mais je ne sais pas où. » Ce mardi matin, à 9 000 kilomètres de Paris, au centre de Gandhi Square, principale place du centre-ville de Johannesburg, Thomas Jabalala attend ses passagers. D’ici une vingtaine de minutes, ce chauffeur va les emmener à bord de son bus direction l’ouest de la capitale économique sud-africaine.

Un bus d’un nouveau genre pour le Sud-Africain puisqu’il roule en partie au gaz naturel. « On m’a dit que c’était pour limiter la fumée des émissions carbone, et en plus, il est un peu plus puissant », se réjouit-il. Dans une ville de presque 5 millions d’habitants où le taux de pollution est largement supérieur aux recommandations en vigueur, la municipalité veut montrer l’exemple. Sur les 435 bus publics de Metrobus, la compagnie locale de transport, 240 rouleront à la fois au diesel et au gaz naturel d’ici fin 2016.

Plus gros pollueur du continent

Au dépôt central, les bus viennent faire le plein deux fois par semaine à une pompe spéciale. « Le gaz naturel, c’est écolo, mais c’est aussi moins cher ! 7 rands (40 centimes) le litre contre 14 rands pour le diesel », compare Max Mabunda, responsable de l’approvisionnement. La mise en place de ce système a coûté 3,3 millions de rands.

« Et c’est 200 000 rands pour équiper chaque bus, mais on y gagne à terme », ajoute dans son bureau Vusi Sithole, responsable des services techniques chez Metrobus. Les élus de Johannesburg réfléchissent aussi à utiliser les déchets des habitants pour produire du biogaz afin d’alimenter les bus, et réduire encore plus les coûts.

« Le but est d’essayer de monter une filière locale de biogaz pour aussi créer de l’emploi, on en a besoin ici… », soupire Vusi Sithole. Les nouveaux bus font des émules. Un nombre croissant de taxis collectifs, sur les 600 que compte Johannesburg, choisissent également de passer au gaz naturel. Un chauffeur assure qu’il économise ainsi 25 % à chaque plein.

Plus gros (…)

Lire la suite sur lemonde.frEn Afrique du Sud, une petite révolution écologique qui fait doucement son chemin
Source: Yahoo Sciences

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close