En attendant l’annonce de l’inscription de Taputapuatea au patrimoine mondial de l’Unesco…

 

Le président Edouard Fritch est arrivé à Cracovie, en Pologne, afin de participer à la 41ème session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Accompagné notamment du ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, il vient soutenir la démarche d’inscription du paysage culturel de Taputapuatea au patrimoine mondial.

Le président s’est ainsi rendu au centre de convention où se déroule la 41ème session du patrimoine mondial de l’UNESCO et a eu l’occasion d’évoquer le dossier de Taputapuatea avec le consul général de France à Cracovie, Frédéric de Touchet, puis avec l’ambassadeur Laurent Stefanini, Délégué permanent de la France auprès de l’UNESCO. Ce dernier a d’ailleurs souligné la qualité de la candidature préparée pour Taputapuatea.

Le président a également eu l’occasion de s’entretenir avec les responsables du Pays, du Service de la Culture, qui travaillent sur ce projet, Francis Stein et Hiriata Millaud, ainsi qu’avec le maire de Taputapuatea, Thomas Moutame, et Richard Tuheiava, qui sont également venus à Cracovie et qui oeuvrent aussi sur ce dossier depuis plusieurs années.

La délégation de la Polynésie française a ensuite visité le château royal de Wavel, situé dans le centre historique de la ville, ainsi que la cathédrale où reposent des rois et des figures historiques de la Pologne. C’est dans ce château qu’a eu lieu dernièrement la cérémonie d’ouverture de la 41ème session du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le directeur du château, Jan Ostrowski, a retracé l’histoire de ce site imposant et emblématique de l’ancienne capitale de la Pologne.

La vieille ville de Cracovie est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, tout comme treize autres sites en Pologne. Cette visite a donc permis de constater sur le terrain qu’une inscription au patrimoine permet parfaitement de conjuguer de manière harmonieuse les thématiques de préservation et de transmission de la culture tout en faisant de ces zones des endroits ayant une forte attractivité pour le tourisme, avec donc des effets positifs pour le développement économique dans l’environnement immédiat de ces sites. La visite à la cathédrale a aussi permis de marcher dans les pas de Jean-Paul II qui, avant de devenir pape de 1978 à 2005, a d’abord été archevêque de Cracovie.

Dans l’après-midi, le président et la délégation de la Polynésie française ont également eu un entretien avec Piotr Cwick, préfet de la région de Cracovie. Le président a mis en avant et expliqué la démarche concernant Taputapuatea, en rappelant que ce site a été au cœur des migrations polynésiennes, et qu’il était à ce titre un signe fort de rassemblement et d’unité pour de nombreux états et territoires océaniens. La décision de l’UNESCO relative au paysage culturel de Taputapuatea est attendue en fin de semaine, samedi ou dimanche.

Communiqué du gouvernement

Télécharger l'article en PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close