En finir avec 60% d’échec en première année de fac

 

Des filières engorgées contraintes de recruter par tirage au sort quand d’autres sont délaissées, une plateforme informatique d’orientation (APB, pour admission post-bac) totalement saturée et, en bout de ligne, un taux d’échec de près de 60% en première année de fac.

Le gouvernement s’attaque au chantier de l’entrée à l’université et dévoile lundi matin son plan, qui se veut axé sur l’accompagnement des bacheliers dans leur choix d’études supérieures, au terme de plusieurs mois de concertation pour réformer un système à bout de souffle.

Face aux failles criantes du système actuel, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a cherché l’équilibre entre la nécessité de réformer les modalités d’accès à l’université sans toutefois instaurer une sélection.

« L’idée n’est pas de dire ‘oui’ ou ‘non’ comme dans les filières sélectives mais de répondre plutôt ‘oui’ ou ‘oui mais' », a-t-elle expliqué dans un entretien à L’Obs paru jeudi: « Dans ce nouveau système, soit le lycéen dispose des compétences nécessaires pour suivre les cours auxquels il veut s’inscrire. Soit certaines bases ne sont pas acquises et dans ce cas, nous pourrions lui proposer un accompagnement spécifique ».

Le dernier mot au lycéen

Le lycéen pourra se voir soumis à des remises à niveau si nécessaire, mais garderait bien le dernier mot pour choisir son orientation. Durant son année de terminale,…

Source: Yahoo Actualités

Télécharger l'article en PDF

En naviguant sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir +

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close